Traumatismes graves du bassin en Réanimation Chirurgicale du CHU de Rouen‎ : étude épidémiologique descriptive, analyse des pratiques et facteurs de risque de mortalité

Résumé : Les traumatismes du bassin sont- fréquents. Ils surviennent le plus souvent dans le cadre d'un polytraumatisme dont les causes les plus fréquentes sont les accidents de la circulation et les chutes de grande hauteur. Ces traumatismes sont graves avec une mortalité et une morbidité importantes. Ils nécessitent une prise en charge multidisciplinaire dans un centre de traumatologie lourde. Matériel et méthodes : Cette étude observationnelle, descriptive, rétrospective, monocentrique, incluait les patients victimes d'un traumatisme du bassin nécessitant l'admission en Réanimation chirurgicale du CHU de Rouen, sur une période de trois ans, du ter Janvier 2013 au 31 Décembre 2015. Le critère de jugement principal de l'étude était la mortalité à un mois. Les autres critères étudiés étaient la durée d'hospitalisation en réanimation, le taux et la nature des complications observées et les différentes techniques de soins mises en œuvre. Les données qualitatives étaient exprimées sous forme de pourcentage. Les données quantitatives étaient exprimées sous forme de moyenne (+1- écart-type) et/ou de médiane. Résultats : Quatre vingt un patients ont été inclus dans notre étude. La principale étiologie du traumatisme était les accidents de la voie publique (69,1%), avec majoritairement un mécanisme lésionnel antéro-postérieur (52,2%). La majorité (47,5%) de nos patients avait une fracture stable du bassin, Tile A. Dans 98,7% des cas, les patients présentaient des lésions associées. La mortalité à 1 mois dans notre population était de 14,8%. La mortalité liée spécifiquement à la fracture du bassin était de 4,9%. En analyse multivariée, l'âge et la nécessité d'amines vasopressives dans les vingt quatre premières heures de prise en charge étaient significativement des facteurs de risque indépendants de mortalité, avec un odds ratio respectivement à 1,06 pour l'âge (Intervalle de confiance à 95% (1,01- 1,12), (p= 0 ,01)) et 10,5 pour les amines vasopressives (Intervalle de confiance à 95% (1,1- 99,7), (p= 0,04)). Discussion : Nos résultats sont comparables à la littérature puisque la présence d'un choc hémorragique ou d'un traumatisme crânien grave, un âge supérieur à 60 ans et l'Injury Severity Score (ISS) supérieur à 25 ont été retrouvés comme facteurs de risques associés. Conclusion : Cette étude pourra certainement permettre une harmonisation de nos pratiques de prise en charge des patients traumatisés du bassin avec la protocolisation du bilan radiologique initial, l'utilisation plus large de dispositif de contention pelvienne voire de fixateur externe de bassin, la transfusion de culots érythrocytaires et de plasma avec un ratio un pour un, l'utilisation d'acide tranexamique systématique ainsi que l'élargissement des indications d'artério-embolisation. Cette étude montre également que la prise en charge de ces patients doit être systématiquement multidisciplinaire en faisant appel au médecin anesthésiste-réanimateur, au médecin radiologue et au chirurgien orthopédique, ce qui est le cas aujourd'hui au CHU de Rouen.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2017
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [64 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01459570
Contributeur : Bibliothèque Universitaire Rouen <>
Soumis le : mardi 7 février 2017 - 12:49:17
Dernière modification le : mardi 5 juin 2018 - 10:14:34
Document(s) archivé(s) le : lundi 8 mai 2017 - 14:23:34

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01459570, version 1

Citation

Clémence Pénet. Traumatismes graves du bassin en Réanimation Chirurgicale du CHU de Rouen‎ : étude épidémiologique descriptive, analyse des pratiques et facteurs de risque de mortalité. Médecine humaine et pathologie. 2017. 〈dumas-01459570〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

65

Téléchargements de fichiers

435