Traitement chirurgical du carcinome épidermoïde du tiers moyen de l’œsophage : à propos d'une série homogène de 106 cas

Résumé : Nous avons analysé 106 dossiers de carcinomes épidermoïdes du tiers moyen de l’œsophage (de 23 à 33 cm des arcades dentaires), opérés dans le service de Clinique Chirurgicale du professeur Sarrazin sur une période de 10 ans. Notre travail, basé sur l'analyse de la stratégie opératoire, des résultats, des suites lointaines et de la survie à long terme, a tenté de confirmer le bien-fondé de notre attitude thérapeutique. Une stratégie thérapeutique basée sur une sélection rigoureuse des malades, aussi bien sur le plan de leur état général que sur la résécabilité de leur tumeur, grâce à la tomodensitométrie en particulier, nous a permis d'obtenir un taux important de résécabilité (93,1 %), ne réservant les "by-pass" qu'à des cas de nécessité prévus avant l'intervention ou en présence d'une tumeur non résécable. Les exérèses ont tenu compte de l'extrême multicentricité du cancer de l’œsophage, et de la "lymphologie" particulière de cet organe. Pour ces raisons, nous pratiquons habituellement une œsophagectomie "presque totale" avec abord thoracique puis laparotomie et cervicotomie, et gastroplastie tubulée. Le curage étendu au niveau médiastinal et sous-diaphragmatique semble encore insuffisant au niveau cervical, et c'est une des causes importantes de récidive. En dépit de la nette diminution de la mortalité et du taux de fistules ces dernières années, la grande fréquence des complications respiratoires limite l'ambition d'une dissection plus étendue vers le haut, en raison des risques d'inhalation par traumatisme récurrentiel. Depuis 1986, le taux de fistules est passé de 15,4 % à 4 %, et la mortalité hospitalière de 19,6 % à 8,3 %. Au moment de l'exérèse, la grande fréquence des stades évolués (77,7 % de pT3 et pT4), la généralisation précoce de cette maladie (9,6 % de métastases), rendent nécessaire le développement de traitements complémentaires. Cet objectif est presque atteint avec la radiothérapie post-opératoire et les nouveaux protocoles de chimiothérapie incluant le cisplatine sont encourageants mais encore insuffisants. La survie globale de 19 % à 5 ans après résection, passe à 32 % si les ganglions ne sont pas envahis. La proportion importante de stades évolués, influence négativement le taux de survie à 5 ans, qui varie de 47 % en cas de pT1 à 4 % en cas de pT4. La nette réduction des complications graves et de la mortalité post-opératoire a permis de diminuer la séquence thérapeutique au profit d'une augmentation significative de la survie (médiane de survie à 584 jours après résection). Les suites fonctionnelles satisfaisantes chez la plupart de ces malades, nous confortent dans l'idée que l'exérèse reste le meilleur traitement palliatif quand elle est possible, donnant quelques chances de survie à long terme, et permettant à ces malades de s'alimenter normalement en évitant les complications pénibles liées à l'obstruction œsophagienne. Les mauvais résultats des "by-pass", doivent par contre les faire réserver à quelques indications de nécessité, d'autres thérapeutiques palliatives étant le plus souvent possibles. L'amélioration du pronostic du cancer de l’œsophage repose sur un diagnostic plus précoce par une endoscopie d'indication large chez les malades exposés, en particulier chez les cancéreux ORL, et sur le développement nécessaire de- thérapeutiques complémentaires. Mais bien sûr un effort de prévention primaire doit être entrepris afin de réduire l'intoxication éthylo-tabagique.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 1993
Liste complète des métadonnées

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01468431
Contributeur : Jean-Hugues Morneau <>
Soumis le : mercredi 15 février 2017 - 14:29:10
Dernière modification le : vendredi 28 septembre 2018 - 18:54:51
Document(s) archivé(s) le : mardi 16 mai 2017 - 14:59:48

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01468431, version 1

Citation

Olivier Chavanon. Traitement chirurgical du carcinome épidermoïde du tiers moyen de l’œsophage : à propos d'une série homogène de 106 cas. Médecine humaine et pathologie. 1993. 〈dumas-01468431〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

49

Téléchargements de fichiers

8