Étude de l'ADN circulant libre dans une cohorte de patients ayant un carcinome hépatocellulaire

Résumé : Introduction : L’amélioration de la prise en charge des patients ayant un carcinome hépatocellulaire (CHC) nécessite de meilleurs marqueurs biologiques. Le but de notre étude a été d’évaluer l’ADN circulant libre (ADNcf) dans une cohorte de patients avec un carcinome hépatocellulaire. Matériel et Méthode : Les données clinico-biologiques et l’ADNcf de patients avec un CHC ont été comparés à ceux de patients cirrhotiques sans CHC. L’extraction de l’ADN a été réalisée par le kit Qiamp circulating Nucleid Acid de Qiagen. L’ADNcf a ensuite été dosé à l’aide du kit Quant-iT™ PicoGreen® ds DNA High Sensitivity (Molecular Probes) et de l’appareil « Twinkle LB1970 » (Berthold, Bad Wildbad, Germany). Nous avons étudié les taux d’ADNcf selon les caractéristiques tumorales des CHC et celles de la cirrhose. Une analyse de survie était réalisée avec les modèles univarié et multivarié de Cox. Résultats : De 2011 à 2016, 63 patients d’âge moyen 66.95 ± 8.71 ans (92% sexe M), avec 42,9% de cirrhose alcoolique CHILD PUGH 6.77 ± 1.91 et des CHC de stade BCLC A/B/C/D dans respectivement 30, 31,7, 28,6 et 9,5% des cas ont été inclus, ainsi que 27 patients avec cirrhose sans CHC. Le taux sérique d’ADNcf n’était pas significativement différent dans le groupe CHC sur cirrhose (médiane : 110.36 ng/ml) que dans le groupe cirrhose sans CHC (105.64 ng/ml), p=0,08. L’ADNcf n’était pas associé à la cause de la cirrhose et la fonction hépatique, ni avec les caractéristiques tumorales (Milan, score AFP, multinodulaire, métastase). Seul l’envahissement vasculaire était associé à un taux plus élevé d’ADNcf (183.64 vs. 101.83ng/ml, p=0.02). Dans les analyses de sous-groupe restreintes aux patients naïfs de traitement, le taux d’ADNcf était plus élevé dans le groupe CHC au-delà des critères de Milan (p=0.05) et avec un score AFP>2 (p=0.05). Dans la population CHC post hépatite B ou C, l’ADNcf était associé aux critères de Milan (p=0.05). Enfin l’ADNcf n’était pas associé à la mortalité. Conclusion : Dans le carcinome hépatocellulaire, l’ADNcf est plus élevée en cas d’envahissement vasculaire, et est associé à la masse tumorale chez les patients naïfs de traitement. L’ADNcf pourrait être un biomarqueur d’agressivité tumorale.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2016
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [27 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01470716
Contributeur : Philippe Barbey <>
Soumis le : vendredi 17 février 2017 - 16:07:10
Dernière modification le : mercredi 23 août 2017 - 16:41:39
Document(s) archivé(s) le : jeudi 18 mai 2017 - 15:13:17

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01470716, version 1

Collections

Citation

Valérie Dejour. Étude de l'ADN circulant libre dans une cohorte de patients ayant un carcinome hépatocellulaire. Médecine humaine et pathologie. 2016. 〈dumas-01470716〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

65

Téléchargements de fichiers

94