Pose de PICC-Line en cas d’anomalies profondes de l’hémostase

Résumé : Objectif : étudier prospectivement la faisabilité et la faible iatrogénie de la pose de PICC line sans correction de trouble majeur de la coagulation. Matériel et méthodes :L’étude a été approuvée par le comité d’éthique. Le consentement éclairé a été obtenu chez chaque patient. Les patients ont été classés par risque d’incident hémorragique :- risque intermédiaire : temps de prothrombine (TP) >1.2 fois le témoin ou Temps de céphaline activée (TCA) >1.2 fois le témoin et/ou taux de plaquettes <150*109/l.- risque majeur : TP ou TCA >2.2 fois le témoin et/ou taux de plaquettes <50*109/l. Les effets secondaires hémorragiques pris en compte dans notre étude sont :Saignement péri-cathéter, Hématome mineur, Hémorragie majeure. Le rapport entre l’incidence des effets secondaires et les facteurs de risque relatifs à l’hémostase a été étudié à l’aide d’une régression logistique et a été exprimé par un Odds-ratio avec un intervalle de confiance à 95%. La relation avec le nombre de pose de PICCs a été calculée par la méthode de Fisher avec tables de contingence (car les conditions d’application du test d’indépendance Chi² n’étaient pas réunies). Les résultats ont été considérés significatifs si p < 0.05. Résultats : 356 poses de PICC line, chez 270 patients, ont été inclues dans notre étude. Un seul PICC-line a été posé chez 77% des patients (n=208). 19.3% ont eu deux interventions (n=52). 1.5% (n=4) 3 interventions, 1.5% 4 interventions et 0.7% (n=2) ont eu 8 interventions.4% (n=12) des patients ont bénéficié d’une transfusion plaquettaire préalable en raison d’une thrombopénie majeure (<50*109/l). Parmi les 356 PICC-lines mises en place, 335 ( 94.1%) poses « risque nul » en fonction du TP, 332 (93.3%) « risque nul » en fonction du TCA et 194 (54.5%) « risque nul » en fonction du taux de plaquettes. 96 PICC lines (26.9%) ont été posés à des patients en thrombopénie majeure (<50*109 /l), 12 après transfusion plaquettaire et 84 sans. Aucune hémorragie majeure n’a été observée. Dans 21 (6.1%) mises en place de PICC line, des effets secondaires hémorragiques ont été observés : 14 (4.1%) saignements péri-cathéter, - 7 ( 2.0%) hématomes mineurs. Aucune relation de cause à effet significative n’a été observée entre les effets secondaires et les facteurs de risques de saignement. Plus de saignements péri-cathéter ont été observés chez les patients ayant un taux de plaquettes <50*109/l, mais sans signification statistique ( p=0.02, odds-ratio : 1+4.3*10-6|1+0.7*10-6 ;1+8.9*10-6]). Conclusion : l’incidence des effets secondaires hémorragiques après mise en place d’un PICC-line est faible et limitée à des saignements mineurs. En cas de thrombopénie majeure (<50*109/l) la mise en place d’un PICC-line guidée par échographie est sans risque et ne nécessite pas de transfusion plaquettaire préalable.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2012
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [51 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01472835
Contributeur : Université Paris Descartes - Scd <>
Soumis le : mardi 21 février 2017 - 13:02:27
Dernière modification le : mercredi 23 août 2017 - 16:41:36
Document(s) archivé(s) le : lundi 22 mai 2017 - 15:18:47

Licence


Distributed under a Creative Commons Paternité - Pas d'utilisation commerciale - Pas de modification 4.0 International License

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01472835, version 1

Citation

Alphonse Thome. Pose de PICC-Line en cas d’anomalies profondes de l’hémostase. Médecine humaine et pathologie. 2012. 〈dumas-01472835〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

273

Téléchargements de fichiers

817