Démarche diagnostique face à une fièvre aiguë isolée de l’enfant de 3 à 36 mois en médecine générale

Résumé : Introduction : avant l’introduction de la vaccination contre Haemophilus en 1992 et le Streptococcus pneumoniae en 2000, les bactériémies occultes représentaient la deuxième cause de fièvre aiguë isolée. Il semblait alors justifié d’adopter une attitude diagnostique et thérapeutique maximale devant ce symptôme. Actuellement, le risque de bactériémie occulte est inférieur à 1% chez un enfant présentant une fièvre aiguë isolée bien tolérée, ce qui a incité les médecins à changer leur attitude. Cependant, il n’existe pas de recommandation française actualisée depuis la généralisation de la vaccination à tous les enfants. Objectifs : analyser la pratique des médecins généralistes face à ce motif de consultation, entre l’attitude maximaliste des recommandations américaines comprenant une analyse d’urine et une NFS dépistant les bactériémies et l’attitude minimaliste des britanniques, qui se concentre sur l’analyse d’urine. L’objectif secondaire est de mettre en avant les déterminants de la prescription d’examens complémentaires qu’ils soient objectifs ou subjectifs. Matériel et méthodes : étude descriptive de la prise en charge des fièvres aiguës isolées par des médecins généralistes installés et remplaçants en Gironde, via un questionnaire portant sur le dernier cas vu au cabinet envoyé à 1543 généralistes installés et 782 remplaçants. Résultats : le taux de participation a été de 6,2% pour les médecins installés et 16% pour les remplaçants. Soit un total de 220 questionnaires reçus. Notre enquête a montré que les médecins généralistes adoptent une attitude ambulatoire, avec observation de l’enfant (80%) sans réalisation d’examen complémentaire. L’intensité et la durée de la fièvre sont des déterminants de la prescription d’examen complémentaire. Au contraire les médecins ont déclaré ne pas prendre en compte l’âge de l’enfant ou son statut vaccinal. Chez le nourrisson à risque (fièvre >39°C évoluant depuis plus de 24 heures) seuls 21% des enfants ont bénéficié d’une analyse d’urine, 45% des médecins déclarent attendre 72 heures avant de réaliser des examens complémentaires, et passé ce délai 67% réalisent une NFS et 98% une analyse d’urine. Cette étude laisse suggérer que l’analyse d’urine n’est pas prescrite assez rapidement, alors que le bila! n sanguin semble sur-prescrit. Les critères subjectifs étudiés (peur d’une bactériémie occulte, incertitude diagnostic, compréhension des parents, connaissance de l’enfant) n’entraînent pas plus de prescriptions d’examen complémentaire mais un suivi plus rapproché de l’enfant. Conclusion : la démarche diagnostique devant une fièvre aiguë isolée au cabinet de médecine générale est controversée. Le médecin généraliste tient cependant une place primordiale dans le diagnostic des rares infections bactériennes potentiellement sévères. Cette prise en charge passe en premier lieu par la réalisation d’une analyse d’urine compte tenu de l’épidémiologie actuelle des bactériémies occultes dans l’ère post vaccination prevenar. Il serait donc intéressant qu’une recommandation française actualisée soit publiée.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2017
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [57 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01473252
Contributeur : Bu Carreire Université de Bordeaux <>
Soumis le : mardi 21 février 2017 - 16:55:03
Dernière modification le : mercredi 23 août 2017 - 16:41:36
Document(s) archivé(s) le : lundi 22 mai 2017 - 16:20:55

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01473252, version 1

Collections

Citation

Mayalen Sorel. Démarche diagnostique face à une fièvre aiguë isolée de l’enfant de 3 à 36 mois en médecine générale. Médecine humaine et pathologie. 2017. 〈dumas-01473252〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

371

Téléchargements de fichiers

900