Devenir des traitements psychotropes prescrits à la sortie d’une hospitalisation en psychiatrie de la personne âgée

Résumé : La prévalence des troubles psychiatriques est importante chez les personnes âgées puisque près de la moitié des sujets de plus de 65 ans souffriraient d’un trouble psychiatrique en France. Dans ce contexte, un tiers des personnes de plus de 65 ans fait usage de psychotropes en France. Cette prescription de psychotropes peut s’avérer inappropriée (sur ou sous-utilisation) et parfois difficile à adapter en ambulatoire, notamment au sein de cette population de personnes âgées particulièrement exposée et vulnérable. Il s’agit d’un problème majeur et complexe de santé publique en France et il existe peu d’études spécifiques concernant la personne âgée, en particulier en ce qui concerne la continuité des soins en psychiatrie. Cette étude observationnelle et rétrospective réalisée entre juillet et septembre 2016 porte sur 51 patients hospitalisés à au moins deux reprises dans un service de géronto-psychiatrie du pôle UNIVA au centre hospitalier Charles Perrens à Bordeaux. Le recueil de données a été réalisé sur les dossiers médicaux informatisés des patients. Notre objectif principal était d’observer le devenir d’un traitement psychotrope prescrit lors d’une hospitalisation en géronto-psychiatrie et ainsi de décrire la fréquence des modifications de traitement survenues en ambulatoire à l’issue d’une hospitalisation dans une unité de psychiatrie du sujet âgé, les motivations de ces modifications thérapeutiques et les caractéristiques du traitement et du patient qui leur étaient associées. Les résultats montrent que 49% des patients étaient concernés par une modification thérapeutique dont 55% d’arrêt et 45% d’initiation. Les modifications étaient essentiellement effectuées par le psychiatre traitant à 22% contre 6% effectuées par le médecin généraliste. Ces modifications étaient principalement motivées par une rechute pour 14% des patients. Pour 14% d’entre eux également, l’information concernant la modification de traitement effectuée en ambulatoire n’a pas été mentionnée dans les dossiers. Les facteurs significativement associés à la survenue d’une modification thérapeutique après la sortie étaient une première hospitalisation de courte durée et l’âge avancé du patient. Notre étude a permis de constater une discontinuité de soins non négligeable en ce qui concerne les prescriptions médicamenteuses à l’issue d’une hospitalisation dans un service de psychiatrie de la personne âgée. Il est probable que faciliter l’accès à des avis spécialisés dans un temps court permettrait d’éviter un nombre non négligeable d’hospitalisations. Cette organisation supposerait plus de flexibilité et une offre de soins plus importante en psychiatrie de la personne âgée, mais également une réelle volonté de la part des médecins généralistes de conserver un suivi ambulatoire et de bénéficier d’une supervision dans ces prises en charge. Il reste indispensable de préserver la qualité de communication entre médecins ambulatoires et hospitaliers, cruciale pour la continuité et la qualité des soins.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2017
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [102 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01508827
Contributeur : Bu Carreire Université de Bordeaux <>
Soumis le : vendredi 14 avril 2017 - 18:39:03
Dernière modification le : mercredi 23 août 2017 - 16:41:48

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01508827, version 1

Collections

Citation

Élodie Rochet. Devenir des traitements psychotropes prescrits à la sortie d’une hospitalisation en psychiatrie de la personne âgée. Médecine humaine et pathologie. 2017. 〈dumas-01508827〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

90

Téléchargements de fichiers

75