Le rôle des cellules stromales mésenchymateuses dans la résistance des cancers ovariens aux chimiothérapies

Résumé : Le cancer ovarien est la première cause de décès par cancers gynécologiques. À ce jour, le traitement le plus efficace consiste en une exérèse la plus complète possible de la tumeur associée à une chimiothérapie à base de sels de platine et de taxanes. Cependant, la survie globale des patientes à 5 ans reste faible (proche de 40%) en raison d’un fort taux de récidive et du développement d’une résistance aux traitements. En plus des résistances intrinsèques des cellules tumorales ovariennes (CTO), les interactions entre les cellules cancéreuses et leur microenvironnement semblent être impliquées dans la progression de la maladie et l’acquisition de cette chimiorésistance. Parmi les cellules du microenvironnement tumoral, les cellules stromales mésenchymateuses (MSC) ont été décrites comme pouvant induire une résistance vis-à-vis de nombreuses chimiothérapies, et dans de nombreux cancers. Parmi les mécanismes impliqués dans la résistance des cellules tumorales induite par les MSC, l’implication de la sécrétion de facteurs, tels que le SDF-1, IL-6, etc., par les MSC a été démontrée. Nous avons pu isoler des MSC à partir de biopsies issues de patientes atteintes de cancer ovarien. Ces MSC associées au cancer (CA-MSC) ont la capacité d’induire une résistance au traitement par carboplatine des CTO. Afin de mieux comprendre les mécanismes conduisant des MSC physiologiques à sécréter des facteurs pro-tumoraux dans un contexte de cancer ovarien, nous avons mis en place un modèle à partir de MSC issues de donneurs sains. Ces MSC « physiologiques » ont été cultivées dans du milieu contrôle ou du milieu mimant un environnement ovarien. Pour mimer cet environnement tumoral ovarien, des sécrétions de CTO ou de l’ascite de patientes atteintes de cancer ovarien ont été utilisées. Nous avons observé que la présence d’un environnement tumoral ovarien modifie le phénotype de MSC physiologiques, en entraînant notamment la sécrétion par ces CA-MSC « induites » de facteurs chimioprotecteurs pour les CTO. L’effet pro-tumoral des MSC dans un contexte de cancer ovarien a également été observé dans deux modèles expérimentaux murins de cancers ovariens, l’un totalement murin et l’autre murin/humain.
Type de document :
Mémoires
Sciences pharmaceutiques. 2017
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [191 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01552091
Contributeur : Bu Carreire Université de Bordeaux <>
Soumis le : vendredi 30 juin 2017 - 17:49:46
Dernière modification le : mercredi 23 août 2017 - 16:41:48
Document(s) archivé(s) le : lundi 22 janvier 2018 - 22:56:08

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01552091, version 1

Collections

Citation

Augustin Le Naour. Le rôle des cellules stromales mésenchymateuses dans la résistance des cancers ovariens aux chimiothérapies . Sciences pharmaceutiques. 2017. 〈dumas-01552091〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

49

Téléchargements de fichiers

2