Le langage genré : entre héritage linguistique et défi communicationnel : la langue française, un impensé dans les campagnes de communication en faveur du droit des femmes

Résumé : Le langage reflète la façon de penser d’une société, mais il contribue également à structurer cette pensée, à travers son apprentissage et son usage répété. De cette manière, il engage un système de valeurs, véhicule des représentations, façonne notre vision du monde et pérennise des construits sociaux. La langue française est fortement marquée par le sexisme. L’une de ses règles n’admettant aucune exception réside en la supériorité du masculin sur le féminin. Outre le fait d’apprendre dès la petite enfance que « le masculin l’emporte toujours sur le féminin », ce qui induit un certain schéma social où les hommes prédominent, cette règle a pour conséquence directe d’invisibiliser les femmes dans la langue française, et donc de leur donner un rôle second dans la vie réelle. Il en est de même pour les noms de métiers, titres, grades et fonctions, qui sont, la plupart du temps, genrés. En effet, selon la reconnaissance sociale accordée à un métier ou une fonction, les normes officielles de la langue française dicteront si ce nom doit s’employer au masculin ou au féminin, même si une femme occupe ce poste. Cet usage discriminant de la langue française enferme les femmes et les hommes dans des rôles restreints et genrés, limitant leur possibilité d’action et leur légitimité. Ces règles sexistes sont le fruit d’une volonté politique datant du 17ème siècle, dont l’enjeu était de marquer la supériorité masculine. À cela s’ajoute la pérennisation des expressions et insultes à caractère sexiste, qui viennent renforcer les stéréotypes de genre par leur transmission répétée. De plus, de nombreuses expressions et insultes sexistes, par leur aspect sexuel, amènent à une hypersexualisation du corps des femmes, ce qui constitue une porte d’entrée de violences faites à leur égard. Les citoyen-ne-s sont constamment exposé-e-s à ce langage sexiste, et, souvent inconsciemment, en sont même auteurs-rices. Tout cela ne fait que renforcer les représentations sexistes et discriminantes, et donc les inégalités entre les femmes et les hommes qui en découlent. Ce sexisme dans le langage apparaît comme l’une des racines invisibles du sexisme ordinaire. Cet usage de la langue française est lourd de conséquences puisqu’il engendre de nombreuses discriminations dans toutes les sphères sociales, tant dans la vie professionnelle que domestique. En outre, malgré une dynamique de progrès social concernant les droits des femmes et la lutte contre les discriminations, nous pouvons constater un réel manque de considération des pouvoirs publics sur cette question. Cependant, il existe des codes alternatifs à ce langage sexiste, entre féminisation de la langue française et langage épicène. L’objectif de ce mémoire est d’étudier comment la communication non gouvernementale peut sensibiliser le grand public à l’existence même du sexisme dans le langage, mais aussi à ses enjeux et conséquences. Ainsi, il s’agit de l’informer, mais également d’obtenir l’adhésion et l’appui de l’opinion publique pour ensuite mener des actions de plaidoyer auprès des institutions françaises, notamment auprès de l’Académie française qui apparaît comme un frein à ce combat, afin d’obtenir d’elles un changement concret, mettant un terme à l’usage discriminant de la langue française.
Type de document :
Mémoires
Sciences de l'information et de la communication. 2016
Liste complète des métadonnées

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01560625
Contributeur : Clara Musy <>
Soumis le : mardi 11 juillet 2017 - 17:08:04
Dernière modification le : jeudi 19 octobre 2017 - 01:14:58
Document(s) archivé(s) le : mercredi 24 janvier 2018 - 19:53:57

Licence


Copyright (Tous droits réservés)

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01560625, version 1

Collections

Citation

Ophélie Wattier. Le langage genré : entre héritage linguistique et défi communicationnel : la langue française, un impensé dans les campagnes de communication en faveur du droit des femmes. Sciences de l'information et de la communication. 2016. 〈dumas-01560625〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

113

Téléchargements de fichiers

24