La fleur de tilleul, richesse des Baronnies

Résumé : Le tilleul des Baronnies n'est représenté que par l'une des trois espèces admises à la pharmacopée européenne : Tilia platiphyllos Scop. Les variétés de T Platiphyllos sont nombreuses dans les Baronnies mais les trois principales sont: ● T Platiphyllos var Bénivay ; ● T Platiphyllos var Mondé ; ● T Platiphyllos var Verdal. La variété Bénivay représente 99 % des transactions locales. C'est la variété de référence en terme de commerce. Les maladies du tilleul sont rares, leur éthiologie est toujours fongique. Les traitements restent assez simples: abattage et incinération des parties malades (voire des arbres) et emploi d' antifongiques cupriques. L'écosystème des Baronnies est très favorable à la culture du tilleul et permet de contenir les explosions fongiques. La chimie du tilleul s'oriente vers quatre grandes familles de molécules : ● L'huile essentielle incluant les molécules volatiles (environ 80) ; ● Les flavonoïdes ; ● Les polysaccharides ; ● Les tanins. La pharmacologie contemporaine reste fidèle à l'usage que l'on a fait de la fleur de tilleul depuis longtemps. L'activité sédative s'illustre particulièrement, suivie d'un pouvoir émollient et spasmolytique. L'utilisation se fait en général sous forme de tisane simple ou composée. Le commerce du tilleul dans les Baronnies se pratique depuis plus de deux siècles. La cueillette saisonnière (un mois) occupe une population très hétéroclite : étudiants, retraités, actifs, paysans... Cette population fournit à l'industrie un tilleul d'une qualité officinale exemplaire (forte teneur en huile essentielle). L'usage industriel en est détourné et ne consiste plus actuellement qu'à mélanger la fleur de tilleul des Baronnies avec la fleur d'importation de qualité médiocre (Chine et Europe Centrale). Le consommateur est abusé en consommant des infusettes « produites dans la région des Baronnies ». Il n'existe pas de réglementation mettant en lumière cette falsification. La consommation des bractées en nature est en déclin bien que la consommation totale reste stable en France (400 tonnes par an). La production de tilleul des Baronnies tend à diminuer depuis le début des années 1990, par manque de rentabilité (chute régulière des prix), conséquence de la mondialisation du commerce. Le savoir-faire de toute une population des Baronnies est amené à disparaître dans les décennies à venir si les choses ne changent pas. Devant cet état de fait, il serait peut être utile : ● de prévoir une réglementation plus stricte sur la composition des broyats pour sachets dose. Elle offrirait une information rigoureuse au consommateur qui s'orientera peut-être vers un produit de qualité. ● de développer de nouveaux débouchés pour le tilleul. Peut-être une boisson grand public ou un regain d'intérêt de la part de la cosmétologie. ● de regrouper les producteurs au sein d'une coopérative dynamique capable de décider des directions à prendre et de soutenir les prix car les producteurs isolés en sont incapables. Pour ma part, en pleine connaissance des us et coutumes de la spéculation, je reste perplexe quant à l'avenir du tilleul des Baronnies. Le tilleul s'est vendu en Juillet 1999, à un prix moyen de 30 francs le kilo.
Type de document :
Mémoires
Sciences pharmaceutiques. 1999
Liste complète des métadonnées

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01561250
Contributeur : Jean-Hugues Morneau <>
Soumis le : mercredi 12 juillet 2017 - 15:32:15
Dernière modification le : mercredi 20 septembre 2017 - 12:00:49
Document(s) archivé(s) le : jeudi 25 janvier 2018 - 02:41:48

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01561250, version 1

Citation

Lionel Gervasoni. La fleur de tilleul, richesse des Baronnies. Sciences pharmaceutiques. 1999. 〈dumas-01561250〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

47

Téléchargements de fichiers

10