Intérêt de la kinésithérapie dans la prise en charge des luxations condyliennes. Revue de la littérature

Résumé : La luxation condylienne est une situation pathologique dans laquelle, lors de l’ouverture buccale, le condyle mandibulaire passe en avant du tubercule articulaire et s'élève dans la fosse temporale d'où il ne peut ressortir. Le patient est bloqué en position d’ouverture. C’est une luxation rare qui représente 3% des luxations articulaires du corps. Si plusieurs luxations se produisent dans les 6 mois, on parlera de luxations récidivantes. Pour éviter ces récidives, il existe un large choix de traitements allant de l’approche chirurgicale aux thérapeutiques plus conservatrices et préventives, dont la kinésithérapie fait partie. Les principaux traitements chirurgicaux utilisés sont la condylectomie, l’éminencectomie et la fracture verticale de l’arche zygomatique. Ils agissent sur l’architecture osseuse de l’ATM. Les principaux traitements conservateurs sont l’utilisation d’agent sclérosant et de sang autologue, ainsi que l’utilisation de toxine Botulique. Ces thérapeutiques agissent sur le système ligamentaire et musculaire. La Kinésithérapie est la thérapeutique la plus préventive et concerne majoritairement les luxations récentes aigües. Elle permet une rééducation neuromusculaire chez les patients prédisposés aux luxations. Le but est d’empêcher la survenue de récidives en luttant contre l’excès de propulsion et d’ouverture de la cavité buccale. Les études épidémiologiques nous indiquent que les femmes (à 54%) et les jeunes de 20 à 40 ans (à 51%) sont les plus touchés. Le facteur déclenchant principal est l’ouverture exagérée de la bouche lors d’un bâillement ou d’un rire. Une ouverture prolongée lors d’un soin médical (dentaire, trachéotomie, etc.) peut également entraîner une luxation. Les facteurs prédisposant principaux comprennent l’hyperlaxité ligamentaire, une malocclusion dentaire, les malformations anatomiques ou encore certaines maladies systémiques. Cette étude de la littérature montre le caractère imprévisible de la luxation condylienne et le manque de consensus concernant la thérapeutique adaptée bien que la chirurgie semble être le gold standard. Pourtant la kinésithérapie préventive pourrait, dans certains cas, éviter une approche chirurgicale si les patients à risque étaient mieux détectés et orientés.
Type de document :
Mémoires
Chirurgie. 2017
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [65 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01563721
Contributeur : Emmanuelle Grosset-Janin <>
Soumis le : jeudi 7 septembre 2017 - 11:02:35
Dernière modification le : vendredi 27 octobre 2017 - 01:15:46

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01563721, version 1

Collections

Citation

Jean-Baptiste Charlassier. Intérêt de la kinésithérapie dans la prise en charge des luxations condyliennes. Revue de la littérature. Chirurgie. 2017. 〈dumas-01563721〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

100

Téléchargements de fichiers

1311