Effets de quatre semaines de complémentation en spiruline sur les fibres musculaires et leurs dommages chez des rats diabétiques

Résumé : Introduction : Le diabète est caractérisé par une hyperglycémie chronique, une insulino-résistance et/ou d’une insulino-sécrétion via les cellules β-pancréatiques, une glucotoxicité et une apoptose des cellules sécrétrices de l’insuline. L’état inflammatoire et le stress oxydant sont des facteurs, qui sont probablement à l’origine et ne font qu’amplifier ces phénomènes chez les diabétiques. En perturbant les voies de signalisation de l’insuline, ces facteurs bloquent la protéosynthèse et stimulent la protéolyse myofibrillaire. Or, après un exercice physique, la régénération musculaire est un élément indispensable à la récupération musculaire. Les risques de dommages musculaires sont alors augmentés. But : L’objectif de ce travail est d’étudier les effets de la spiruline sur les dommages musculaires induits par le diabète et par un exercice dommageable chez des rats. Protocole : Des rats mâles Wistar âgés de neuf semaines ont été rendus diabétique par une injection intrapéritonéale de 45 mg/kg de STZ. Par la suite, ils ont été complémentés ou non complémentés en spiruline pendant quatre semaines. Puis ils sont soumis à un exercice aigu de type excentrique induisant des dommages musculaires ou non et sacrifiés immédiatement après l’exercice ou un jour après. Résultats : Quatre semaines de complémentation en spiruline ne semblent pas induire de modifications au niveau du contrôle glycémique et de la balance protéique. Les propriétés antioxydantes et anti-inflammatoires limitant l’activation de la protéolyse se font surtout ressentir après un exercice dommageable. La complémentation semble augmenter davantage la masse musculaire chez les rats sédentaires, mais ne permet pas de limiter les dommages musculaires de manière importante, comme chez les rats après un exercice dommageable. Conclusion : Sur la base de ces résultats, la limitation des dommages musculaires induits par le diabète par la spiruline n’est pas concluante. Néanmoins, pour la limitation des dommages musculaires induits par un exercice aigu, la spiruline semble être prometteuse. L’étude en parallèle de huit semaines de complémentation en spiruline pourrait venir appuyer, approfondir ses résultats et donc étayer les données de littérature manquantes sur la spiruline et la récupération musculaire.
Type de document :
Mémoires
Sciences de l'Homme et Société. 2017
Liste complète des métadonnées

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01564686
Contributeur : Ufr Aps Rennes 2 <>
Soumis le : mercredi 19 juillet 2017 - 09:54:37
Dernière modification le : lundi 26 mars 2018 - 15:26:26

Licence


Distributed under a Creative Commons Paternité - Pas d'utilisation commerciale - Pas de modification 4.0 International License

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01564686, version 1

Citation

Élodie Bazureau. Effets de quatre semaines de complémentation en spiruline sur les fibres musculaires et leurs dommages chez des rats diabétiques. Sciences de l'Homme et Société. 2017. 〈dumas-01564686〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

120

Téléchargements de fichiers

178