Évaluation des anomalies thyroïdiennes biologiques et échographiques après allogreffe de cellules souches hématopoïétiques chez des enfants recevant un conditionnement à intensité réduite

Résumé : Introduction : Le nombre de patients survivants après une allogreffe de cellules souches hématopoïétiques (CSH) réalisée à l’âge pédiatrique ne cesse de croître. Il est donc indispensable de s’intéresser aux toxicités à moyen et long terme d’un tel traitement. Un des enjeux des conditionnements à intensité réduite est de diminuer ces toxicités. Les dysfonctionnements endocriniens sont un exemple de séquelles parmi les plus fréquents et bien connus des conditionnements classiques. Notre objectif principal est de décrire les anomalies thyroïdiennes biologiques et échographiques chez les enfants allogreffés avec un conditionnement à intensité réduite. L’objectif secondaire est de rechercher les facteurs associés à l’apparition de ces anomalies. Matériel et méthodes : Il s’agit d’une étude de cohorte descriptive, rétrospective et mono- centrique. Nous avons inclus les patients survivants un an après une allogreffe de CSH avec des conditionnements d’intensité réduite entre le 1erjanvier 2005 et le 31 décembre 2014. Pour chaque patient, nous avons analysé l’ensemble des bilans biologiques et échographiques thyroïdiens réalisés au cours du suivi. Dans un deuxième temps, les facteurs associés à l’apparition d’anomalies thyroïdiennes biologiques ont été recherchés par un test du Chi2. Nous avons retenu comme seuil de significativité une valeur p < 0,05. Résultats : 54 patients ont été inclus. L’âge médian à la greffe était de 7,5 ans (0,7-18,8). La durée médiane du suivi était de 3,2 ans (1-10,5). Les pathologies rencontrées étaient des insuffisances médullaires (n=52) et des déficits immunitaires primitifs (n=2). L’incidence des dysthyroïdies biologiques et échographiques au cours du suivi étaient de 32,6% et 31,2% respectivement. La majorité des anomalies biologiques étaient transitoires. Nous n’avons pas retrouvé de cancer thyroïdien secondaire. Aucun patient n’a manifesté de signes cliniques de dysthyroïdie ni reçu de traitement médicamenteux hormonal. Les facteurs associés à l’apparition d’une dysthyroïdie biologique étaient le sexe féminin et la présence d’une GvH aiguë. Ces résultats n’étaient cependant pas statistiquement significatifs. Conclusion : Des toxicités endocriniennes de l’allogreffe sont retrouvées malgré un conditionnement à intensité réduite. La présence d’une anomalie thyroïdienne même infra-clinique peut faire discuter la mise en place d’un traitement substitutif. Un suivi multidisciplinaire prolongé voire à vie chez ces patients à risque de séquelles sur le long terme est incontournable. L’étude de cohortes prospectives sur le long terme permettrait de dégager des facteurs d’association significatifs.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2016
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [144 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01583062
Contributeur : Bu Carreire Université de Bordeaux <>
Soumis le : mercredi 6 septembre 2017 - 16:16:27
Dernière modification le : vendredi 27 octobre 2017 - 01:15:45

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01583062, version 1

Collections

Citation

Marie Angoso. Évaluation des anomalies thyroïdiennes biologiques et échographiques après allogreffe de cellules souches hématopoïétiques chez des enfants recevant un conditionnement à intensité réduite. Médecine humaine et pathologie. 2016. 〈dumas-01583062〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

17

Téléchargements de fichiers

3