Influence du moment de la pose d’une analgésie péridurale en termes de dilatation cervicale sur la durée et la médicalisation du travail obstétrical

Résumé : Objectif : évaluation de la durée du travail obstétrical et du degré d’intervention médicale en fonction de la dilatation cervicale au moment de la pose de l’analgésie péridurale (APD). Patients et méthodes : étude observationnelle rétrospective unicentrique de type exposé/non exposé réalisée à la maternité de Pontoise de juillet à septembre 2016, sur des femmes primipares à bas risque s’étant mises en travail spontanément ou par déclenchement. Le groupe exposé correspond aux femmes ayant bénéficié d’une APD en phase de latence (≤ 5 cm), les femmes du groupe non exposé ont reçu une APD en phase active du travail (> 5 cm). Au total, 200 femmes ont été incluses dans notre étude, 102 dans le groupe exposé et 98 dans le groupe non exposé. Résultats : nous avons mis en évidence un allongement significatif de la phase de latence (durée médiane : 3,5h vs 1,8h ; p<0,0001), provoquant un allongement significatif du premier stade du travail (durée médiane : 6h vs 4,5h ; p=0,009) dans le groupe exposé. On retrouve ces mêmes différences significatives dans le sous-groupe « travail spontané » (durées médianes ; phase de latence : 2,5h vs 1,5h ; 1er stade : 5,8h vs 3,8h). Les durées des autres phases du travail sont comparables indépendamment du moment de la pose de l’APD ou du mode d’entrée en travail. Nous avons mis en évidence un taux d’administration d’oxytocine significativement plus fort dans le groupe exposé (66,7% vs 34,7% ; p<0,0001), avec une durée moyenne totale d’administration comparable mais à dose maximale moyenne significativement plus élevée dans le groupe exposé (6,9 mUI/min vs 5,4 mUI/min ; p=0,023). Nous avons observé des résultats similaires dans le sous-groupe « travail spontané » (admin. oxytocine : 60,3% vs 28,4% ; p<0,0001 ; dose maximale moyenne : 6,7 mUI/min vs 5 mUI/min ; p=0,034). Enfin, les femmes du groupe exposé étaient significativement plus enclines à recevoir la séquence d’intervention rupture artificielle des membranes suivie d’une administration d’oxytocine (34,3% vs 14,3% ; p=0,0009), avec des résultats similaires dans le sous-groupe « travail spontané » (38,2% vs 12,3% ; p=0,0002). Conclusion : la phase de latence semble être bien plus longue que précédemment décrite et son respect devrait diminuer le degré d’intervention médicale. Le moment de la pose d’une APD ne semble pas modifier la durée des autres phases du travail. L’accès à l’APD devrait donc se faire à la demande de la parturiente sur le critère premier de sa douleur.
Type de document :
Mémoires
Gynécologie et obstétrique. 2017
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [24 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01589531
Contributeur : Catherine Liron <>
Soumis le : lundi 18 septembre 2017 - 16:25:37
Dernière modification le : mercredi 25 juillet 2018 - 01:24:20

Licence


Distributed under a Creative Commons Paternité - Pas d'utilisation commerciale - Pas de modification 4.0 International License

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01589531, version 1

Citation

Nour El Houda Merabet. Influence du moment de la pose d’une analgésie péridurale en termes de dilatation cervicale sur la durée et la médicalisation du travail obstétrical. Gynécologie et obstétrique. 2017. 〈dumas-01589531〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

106

Téléchargements de fichiers

102