Mobiliser le parc privé dans une approche collective de l’habitat métropolitain

Résumé : Dans « Mobiliser le parc privé dans une approche collective de l’habitat métropolitain », il est question d’habitat, de logement, de territoire et d’organisation de ce territoire. Comment diagnostiquer un territoire au regard des besoins en habitat ? La méthode statistique, mathématique, applicable sur toute la France, et permettant de quantifier les besoins pose plusieurs questions, notamment dans la territorialisation des besoins et surtout des actions qui vont permettre de produire autant que nécessaire. Une première approche est faite en analysant une typologie des communes de la métropole Aix Marseille Provence et en y dressant quelques pistes d’enjeux selon ces types. Mais cet exercice reste statique et la politique de l’habitat doit s’inscrire dans une dynamique temporelle, une vision prospective. L’auteur propose alors de prendre en compte les projets du territoire, et d’aborder les questions d’habitat en lien avec les questions d’emploi et de mobilité. Ici donc, la méthode quantitative va rencontrer des aspects plus qualitatifs voire politiques. De la théorie à la pratique, les chapitres 2 et 3 vont nous refaire parcourir, de façon chronologique la prise en compte par l’intercommunalité de la compétence Habitat : Le premier PLH de la Communauté urbaine Marseille Provence Métropole (mot d’ordre «Construire») a permis de contribuer à la construction d’une politique communautaire en matière d’habitat au côté des communes, d’une part et au sein des services de MPM d’autres part (en particulier l’urbanisme et le foncier). Il s’émancipe progressivement de Marseille avec une démarche pédagogique, prospective, permettant d’adosser les actions en direction de l’habitat aux stratégies menées sur le territoire. La construction de cette compétence partagée, la mobilisation d’un nouveau partenariat, de nouveaux outils d’analyse, nécessite une maturation progressive afin de croiser différents indicateurs : les besoins en logements, l’urbanisme stratégique et opérationnel, le foncier, l’économie et l’emploi, les déplacements… Le changement de gouvernance, inattendu, va voir se développer une nouvelle dynamique : Le deuxième PLH, marqué par la priorité de « rattrapage SRU », MPM base son action sur la négociation avec l’État ; la pédagogie avec les communes ; la mobilisation des partenaires institutionnels ou privés ; la mise en œuvre d’instances transdisciplinaires avec les services de la Communauté : Urbanisme, Politique de la Ville, Anru, Voirie, Espace public, Déchets, insertion, développement économique, foncier, eau et assainissement… Tout en continuant les efforts sur la construction neuve et la production de logements sociaux, la réhabilitation de l’habitat ancien permet d’améliorer le cadre de vie, de prévenir la trop forte dégradation des logements, de produire un parc privé à vocation sociale, sans étendre la construction sur des terres agricoles ou naturelles. La gouvernance évolue notamment par une prise ne compte des acteurs de l’habitat au travers des États Généraux de l’habitat qui proposent de nouvelles orientations en termes d’innovation, de simplification des normes, d’ateliers collectifs. Les lois MAPTAM et NOTRe font un pas vers la spécialisation des compétences des collectivités. La métropole devient par la loi le chef de file des politiques de l’habitat. Qu’est-ce qu’une métropole ? Qu’est qu’un chef de file et comment agir quand la démographie stagne, les poches de pauvreté s’enkystent, que le moteur de l’économie est dominé par l’économie résidentielle et que les mobilités résidentielles liées principalement à l’emploi congestionnent le territoire ? Le premier diagnostic du PLH métropolitain exprime ces problèmes. Alors, en période d’économies, l’urgence n’est-elle pas aujourd’hui de réparer, de requalifier, de réordonner plutôt que d’étendre ? Comment promouvoir une stratégie inclusive ? L’auteur propose de hiérarchiser les priorités en privilégiant la réhabilitation du parc existant qui recèle un potentiel, un gisement de développement de réponses sociales, économiques, de l’attractivité des territoires et propose des pistes en trames de méthodologie, d’actions opérationnelles sur les segments du parc privé : l’habitat indigne, les copropriétés, les centres anciens, l’amélioration énergétique, la mobilisation du parc privé à des fins sociales, visant à améliorer le cadre de vie existant pour garder la population qui travaille sur ses territoires et va habiter aux franges. Pour cela, il prône une métropole résiliente et agile, partenariale, métropole intégratrice ; innovante, en proposant divers outils d’appropriation citoyenne, allant jusqu’à inviter la culture à la table des politiques de l’habitat, avec une recherche de performances, évènements autour de l’hospitalité, la convivialité. Enfin, il invite à penser la décroissance urbaine comme une opportunité et non pas seulement comme une perte, plus ou moins irrémédiable, de vitalité et d’atouts ? Peut-on penser que la décroissance de penser la réhabilitation de l’existant, dans une approche plus qualitative que quantitative ?
Type de document :
Mémoires
Sciences de l'Homme et Société. 2017
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [22 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01624408
Contributeur : Amu Iuar <>
Soumis le : jeudi 26 octobre 2017 - 11:44:40
Dernière modification le : mardi 5 décembre 2017 - 01:16:39
Document(s) archivé(s) le : samedi 27 janvier 2018 - 13:14:41

Fichier

Gibert Emmanuel.pdf
Fichiers produits par l'(les) auteur(s)

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01624408, version 1

Citation

Emmanuel Gibert. Mobiliser le parc privé dans une approche collective de l’habitat métropolitain. Sciences de l'Homme et Société. 2017. 〈dumas-01624408〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

112

Téléchargements de fichiers

35