Le processus diagnostic et la prise en charge de la maladie d’Alzheimer en médecine générale dans le Finistère

Résumé : Le vieillissement de la population française attendue dans les années à venir fait de la maladie d’Alzheimer un enjeu de santé publique. Cette étude qualitative a pour but d’étudier le processus diagnostic et la prise en charge globale d’un patient atteint de la maladie d’Alzheimer. Dix entretiens auprès de médecins généralistes du Sud-Finistère ont été nécessaires pour atteindre une saturation des données. L’analyse des données s’est faite selon la méthode thématique. Il existait des déterminants dans le processus diagnostic et la prise en charge de la maladie d’Alzheimer. Le déséquilibre des INR est un des déterminants au diagnostic. Ce critère peut être intéressant puisqu’un certain nombre de patients âgés sont sous traitement anti-vitamine K, seulement les causes de déséquilibre sont multiples. Ce critère peut-il être interprétable ? Les difficultés principalement rencontrées étaient le déni du patient et du tiers. Ce déni pouvait être en lien avec une difficulté d’acceptation de cette maladie en effet, il persiste une image sociale négative de cette pathologie. Le retard diagnostic était reconnu par les médecins mais leurs positions vis-à-vis de celui-ci étaient variables. L’absence de thérapeutique efficace semblait être à frein au diagnostic ; toutefois malgré une confiance quasiment absente dans les thérapeutiques médicamenteuses, de nombreux médecins les renouvelaient faute de mieux. Les traitements non médicamenteux comprenant les aides paramédicales, hébergements, ateliers mémoire, … semblaient être un point clé de la prise en charge du patient Alzheimer. Ces mesures se sont améliorées grâce au plan Alzheimer 2008-2012, mais les formations des aidants familiaux et professionnels sont à poursuivre car certains médecins s’estimaient encore insuffisamment formés dans ce domaine. C’est là l’amélioration principalement souhaitée par les médecins généralistes interrogés. Les médecins généralistes s’identifiaient dans un rôle de suspicion de la maladie et surtout dans un rôle d’anticipation et d’accompagnement du patient. Ce rôle d’accompagnement était un rôle chronophage peu rétribué via le paiement à l’acte. La nouvelle convention médicale de 2017 met en place un nouveau forfait annuel patientèle/médecin traitant pour les patients âgés de plus ou de moins de 80 ans en ALD. Cette nouvelle rétribution va-t-elle permettre d’améliorer cette prise en charge ?
Type de document :
Mémoires
Sciences du Vivant [q-bio]. 2017
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [39 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01643085
Contributeur : Ubo Santé <>
Soumis le : mardi 21 novembre 2017 - 09:45:43
Dernière modification le : jeudi 7 décembre 2017 - 01:16:18

Fichier

These-medecine_generale-2017-L...
Fichiers produits par l'(les) auteur(s)

Licence


Distributed under a Creative Commons Paternité - Pas d'utilisation commerciale - Pas de modification 4.0 International License

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01643085, version 1

Collections

Citation

Coline Le Du. Le processus diagnostic et la prise en charge de la maladie d’Alzheimer en médecine générale dans le Finistère. Sciences du Vivant [q-bio]. 2017. 〈dumas-01643085〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

134

Téléchargements de fichiers

30