Les déterminants extrinsèques et intrinsèques de la variabilité glycémique au cours d’un Tour cycliste de 9 jours chez 9 patients diabétiques de type 1 traités par pompe à insuline

Résumé : La prise en charge d’un patient diabétique de type 1 est basée sur l’insulinothérapie et la nutrition. Les bénéfices de la pratique d’une activité physique régulière sur l’équilibre du diabète, les complications du diabète et les autres pathologies chroniques ont été démontrés. Les principales barrières à la pratique d’une activité physique et sportive sont la peur des hypoglycémies et la difficulté de gestion de la variabilité glycémique en per et post activité physique. La plupart des études ont porté sur l’effet d’un exercice de courte durée (30 à 60 minutes) sur l’équilibre glycémique mais il existe peu d’études sur l’effet d’exercices de durée prolongée, comme cela peut-être le cas pour les pratiquants de la randonnée ou du cyclisme, et encore moins quand ces exercices sont répétés sur plusieurs jours. L’objectif de ce travail était d’évaluer les déterminants intrinsèques et extrinsèques de la variabilité glycémique (VGl) au cours d’une activité physique en endurance répétée de type cyclisme. Un Tour cycliste de 9 jours (distance totale : 1456 km et dénivelé cumulé : 20656m) a été parcouru par 9 patients diabétiques de type 1, traités par pompe à insuline et équipés d’un capteur de glucose interstitiel. Les méthodes d’évaluation de la VG utilisées sont : le temps passé en hypo (<70mg/dl) normo (70-180mg/dl) ou hyperglycémie (>180mg/dl), le CONGA 1 et 2, le MAGE et l’indice M. Au cours du Tour, la moyenne glycémique augmente (p<0,005 à partir de J7 et p<0,001 à partir de J8), les scores CONGA 1 et 2 augmentent (p<0,05 à partir de J6 et J5 respectivement), et les indices M à 100 et à 120mg/dl augmentent. Lorsque la VO2max initiale est élevée, la moyenne glycémique diurne diminue (p=0,03), les temps passés en hyperglycémie et hypoglycémie diminuent (p=0,03 et p=0,033 respectivement), l’indice M à 120mg/dl diminue (p=0,002). La dose d’insuline rapide diminue (p<0,001). Lorsque le nombre de kilomètres parcourus augmente, la glycémie moyenne diminue (p=0,008), l’indice M à 100mg/dl diminue (p=0,024) et la dose d’insuline rapide diminue (p<0,001). Lorsque le dénivelé augmente, le score MAGE diminue (p=0,031), l’indice M à 100mg/dl augmente (p=0,047) et la dose d’insuline rapide augmente (p=0,001). En conclusion, le niveau d’entrainement est un déterminant intrinsèque de la variabilité glycémique, le cumul des jours de pratique d’activité physique, le nombre de kilomètres parcourus et le dénivelé sont des déterminants extrinsèques de la variabilité glycémique. Ainsi, l’entrainement des patients diabétiques de type 1 améliore l’équilibre glycémique et facilite la gestion de la variabilité glycémique.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2017
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [151 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01655288
Contributeur : Bu Carreire Université de Bordeaux <>
Soumis le : lundi 4 décembre 2017 - 17:27:56
Dernière modification le : mardi 12 décembre 2017 - 01:20:25

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01655288, version 1

Collections

Citation

Olivia Bocock. Les déterminants extrinsèques et intrinsèques de la variabilité glycémique au cours d’un Tour cycliste de 9 jours chez 9 patients diabétiques de type 1 traités par pompe à insuline . Médecine humaine et pathologie. 2017. 〈dumas-01655288〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

68

Téléchargements de fichiers

13