Évolutions du nombre d’interruptions volontaires de grossesse et du recours aux contraceptifs réversibles de longue durée en Aquitaine suite à la crise de la pilule de 2012

Résumé : Contexte : plusieurs études ont montré que la crise de la pilule de 2012 a entraîné une modification du modèle contraceptif en France. De plus, la DREES a mis en évidence une augmentation de 4,7 % du nombre total d’IVG en France métropolitaine issu du PMSI entre 2012 et 2013. Objectifs : l'objectif principal de l’étude était d'évaluer l’effet immédiat et à moyen terme de la crise de la pilule de 2012 sur les évolutions du recours à l’IVG et du recours aux DIU et implants sous-cutanés, en Aquitaine, à travers l’analyse de séries chronologiques. Méthodes : une étude observationnelle, longitudinale et rétrospective a permis d’analyser des séries chronologiques construites à partir d’indicateurs de résultats issus des bases médico- administratives du PMSI et de l’assurance maladie. De plus, une étude avant-après sans groupe contrôle a été conduite sur les données issues du PMSI. Les indicateurs de résultats retenus étaient : nombre mensuel d’IVG et de poses de DIU et implants en post-IVG en milieu hospitalier ; et nombre mensuel de remboursements de forfaits IVG de ville et de remboursements de DIU en ville. Résultats : l’étude a montré une augmentation significative du recours aux DIU en post-IVG en milieu hospitalier de + 40,5 % sur l’année 2013 par rapport à l’année 2012 (p=0,001). Cette progression a été plus importante chez les femmes, les plus jeunes, avec une progression de + 96 % chez les femmes de 15 à 19 ans (p=0,03) et de + 67,8 % chez les femmes de 20 à 24 ans (p=0,0005). L’étude a montré une augmentation du nombre d’IVG en milieu hospitalier de + 8,9 % chez l’ensemble des femmes de 15 à 49 ans (p=0,036) sur le dernier semestre de 2013. Cette progression a touché le groupe des femmes de 20 à 24 ans (+ 8,7 %, p=0,01) et de manière inattendue le groupe des femmes de plus de 40 ans (+ 37,5 %, p=0,02). Conclusion : on peut faire l’hypothèse que le changement du modèle contraceptif, secondaire à la crise de la pilule, a participé à l’augmentation du nombre d’IVG en Aquitaine en 2013. Une étude plus puissante de type série chronologique interrompue basée sur un modèle ARIMA pourrait être conduite pour confirmer cette hypothèse. Des mesures visant à améliorer la communication autour des risques de la pilule et des interventions visant à améliorer les pratiques des médecins devraient être développées afin d’éviter la survenue d’une nouvelle crise de la pilule.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2017
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [74 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01657429
Contributeur : Bu Carreire Université de Bordeaux <>
Soumis le : mercredi 6 décembre 2017 - 16:37:51
Dernière modification le : samedi 9 décembre 2017 - 01:16:55

Fichier

Med_generale_2017_Galant.pdf
Fichiers produits par l'(les) auteur(s)

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01657429, version 1

Collections

Citation

Jérémie Galant. Évolutions du nombre d’interruptions volontaires de grossesse et du recours aux contraceptifs réversibles de longue durée en Aquitaine suite à la crise de la pilule de 2012. Médecine humaine et pathologie. 2017. 〈dumas-01657429〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

9

Téléchargements de fichiers

1