Comparaison des performances de la scintigraphie aux leucocytes marqués et de la tomographie par émission de positons au 18F-FDG dans le diagnostic des infections de prothèses vasculaires : étude prospective menée au CHU de Bordeaux portant sur 34 patients inclus sur une période de 3 ans

Résumé : Introduction : le pronostic des IPV est grevé d’un taux de mortalité élevé. Un diagnostic fiable et précoce, souvent difficile en particulier dans les IPV latentes, est un pré-requis indispensable à l’amélioration de la prise en charge thérapeutique de ces infections. Notre étude a comparé, chez des patients suspects d’IPV, l’exactitude diagnostique de la 18F-FDG TEP et celle de la SLM au 99mTc, toutes deux couplées à la tomodensitométrie (TDM). Méthodes : étude prospective monocentrique menée au CHU de Bordeaux entre avril 2013 et juin 2016. Tous les patients adressés en médecine nucléaire pour une suspicion d’IPV sous-diaphragmatique étaient inclus. Le diagnostic d’IPV était établi à la fin du suivi selon les critères de Fitzgerald. L’exactitude diagnostique des deux examens a été comparée pour toutes les prothèses à partir de l’analyse de l’aire sous la courbe (ASC) des courbes ROC. Trois échelles visuelles différentes ont également été comparées pour l'interprétation de la 18F-FDG TEP, deux échelles précédemment publiées et une échelle élaborée dans le cadre de notre équipe pluridisciplinaire. Résultats : trente-quatre patients ont été inclus, 14 présentaient une IPV. Un traitement antibiotique a été débuté avant les examens d’imagerie nucléaire chez 14 patients, dont huit atteints d’IPV. Nous avons analysé 93 prothèses vasculaires, dont 18 infectées. En TEP, l’exactitude diagnostique de notre échelle semblait être supérieure aux deux autres (respectivement ASC ROC = 0,871, 0,76 et 0,777, p = 0,04 et 0,787), y compris dans le sous-groupe des prothèses thrombosées. L’exactitude diagnostique de la SLM était significativement supérieure à celle de la TEP (respectivement ASC ROC = 0,904, IC 95% [0,823-0,985] et 0,871 IC 95% [0,786-0,955], p = 0.022). Nous n’avons pas trouvé de différence significative dans le sous-groupe des prothèses thrombosées entre TEP et SLM. La reproductibilité inter-observateurs était excellente pour les deux examens. Les valeurs prédictives négatives de la TEP et de la SLM étaient excellentes, respectivement 98,5 % et 98,6%. Nous n’avons constaté aucun cas de faux négatif en TEP ou en SLM dans le sous-groupe des patients sous antibiotiques. Conclusion : l’exactitude diagnostique de la SLM est supérieure à celle de la TEP dans le diagnostic des IPV. Cette étude confirme les bonnes performances de la TEP et de la SLM dans le diagnostic de ces infections graves.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2017
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [186 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01657486
Contributeur : Bu Carreire Université de Bordeaux <>
Soumis le : mercredi 6 décembre 2017 - 17:50:24
Dernière modification le : samedi 9 décembre 2017 - 01:16:55

Fichier

 Accès restreint
Fichier visible le : 2018-12-02

Connectez-vous pour demander l'accès au fichier

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01657486, version 1

Collections

Citation

Mathilde Puges. Comparaison des performances de la scintigraphie aux leucocytes marqués et de la tomographie par émission de positons au 18F-FDG dans le diagnostic des infections de prothèses vasculaires : étude prospective menée au CHU de Bordeaux portant sur 34 patients inclus sur une période de 3 ans. Médecine humaine et pathologie. 2017. 〈dumas-01657486〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

96