Cystites à risque de complication : définition, épidémiologie et stratégie thérapeutique en 2017 d’après une cohorte prospective de 568 cystites communautaires

Résumé : Les cystites à risque de complication (CC) s'opposent aux cystites simples (CS), par une définition variable selon les pays, une épidémiologie clinique et microbienne moins connue et une résistance accrue aux antibiotiques. Les données sur les CC sont peu fréquentes, de nombreux observatoires souffrant d'un défaut d'informations cliniques et d'une surreprésentation d'infections associées aux soins (IA5).
Objectif :
L'objectif était d'analyser l'épidémiologie clinique, microbienne, la résistance aux antibiotiques et ses facteurs associés au sein d'une cohorte de cystites simples et compliquées.
Méthodes :
Il s'agissait d'une étude prospective, multicentrique (un laboratoire de ville et un CHU), à partir de patientes de tous âges à ECBU positif mono-microbien. Les IAS étaient exclues. Toutes les souches bénéficiaient d'un antibiogramme standard et les entérobactéries d'un complément d'antibiogramme en milieu gélosé pour le triméthoprime (TMP) et le pivmecillinam. Les souches intermédiaires étaient classées résistantes.
Résultats :
Ont ainsi été inclues 568 cystites : 318 CS (56%) et 250 CC (44%). La définition des CC s'est avérée mal connue des médecins généralistes avec des cas de CC qualifiées à tort de CS mais donnant bien lieu à un ECBU. Le facteur de risque de complication le plus fréquent était l'âge supérieur à 75 ans. Les infections à germes moins virulents, comme Enterococcus spp. étaient l'apanage des CC. Les taux de résistance des E. coli étaient de 50% pour l'amoxicilline, d'environ 20% pour le cotrimoxazole et le TMP (sans différence significative entre ces deux molécules), de 10 à 15% selon les fluoroquinolones et inférieure à 5% pour les C3G, l'amoxicilline - acide clavulanique, la nitrofurantoïne, la fosfomycine et le pivmecillinam. E. coli étant l'espèce très prédominante, les taux de résistance pour les entérobactéries et l'ensemble des souches étaient proches, sauf pour le pivmecillinam et les C3G, témoin de la résistance naturelle à ces molécules. La résistance était inférieure pour les CS comparativement aux CC, pour les patients de moins de 65 ans comparativement aux sujets plus âgés et pour les données du premier ECBU comparativement à celles des ECBU suivants chez les sujets inclus à plusieurs reprises.
Conclusion :
La stratégie thérapeutique des CC proposée en France en 2017: nitrofurantoïne et fosfomycine en traitement probabiliste et amoxicilline, pivmecillinam, nitrofurantoïne, fosfomycine et triméthoprime en documenté, semble parfaitement adaptée. Une amélioration de la diffusion des connaissances semble cependant primordiale.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2017
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [172 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01662022
Contributeur : Bibliothèque Universitaire Rouen <>
Soumis le : vendredi 15 décembre 2017 - 10:08:21
Dernière modification le : mardi 5 juin 2018 - 10:14:34

Fichier

Réveillon-Istin_Mathilde.pdf
Fichiers produits par l'(les) auteur(s)

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01662022, version 1

Citation

Mathilde Réveillon-Istin. Cystites à risque de complication : définition, épidémiologie et stratégie thérapeutique en 2017 d’après une cohorte prospective de 568 cystites communautaires. Médecine humaine et pathologie. 2017. 〈dumas-01662022〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

151

Téléchargements de fichiers

433