Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

L'Éducation aux risques naturels à l'école primaire

Résumé : Aujourd’hui, la population mondiale ne cesse d’augmenter, le nombre de naissances étant toujours supérieur au nombre de décès, on compte environ 83 millions d’habitants de plus par an. La population mondiale, en 2017, est de 7 milliards 460 millions, elle pourrait atteindre les 8 milliards d’habitants en 2025. L’augmentation de la population mondiale a pour résultat une forte anthropisation de la Terre, l’ Homme est présent partout sur la Terre, il ne reste que très peu de territoires méconnus par l’Homme (très peu de forêts primaires). La recrudescence des risques naturels peut avoir des conséquences majeures face à une telle augmentation. L’inverse est aussi justifié, il existe une systémie entre l’augmentation de la population et l’augmentation des risques. L’Homme est alors vulnérable face aux risques naturels, il est la « cible » des aléas présents sur Terre. De nos jours, le nombre de catastrophes naturelles répertoriées dans le monde est en augmentation, cet aspect se recoupe avec l’augmentation de la population et en est une des raisons principales. Les aléas, sans enjeux liés à l’humain, seraient sans conséquence majeure (sauf vis à vis de la richesse de la biodiversité : apparition d’écosystèmes émergeants). On peut donc dire que l’augmentation de la population mondiale entraîne les populations à prendre davantage en compte le problème des risques naturels. Les problèmes d’inégalités dans le monde se reflètent dans la question des risques naturels, les différences de gestion entre les pays développés et les pays en voie de développement sont importantes. Le niveau de développement d’un pays a une influence sur ses capacités de gestion et de réaction face aux risques. La gestion des risques entre ces différents pays est un indicateur des inégalités sociales. Les grandes mégalopoles des pays sur les littoraux sont les plus vulnérables face aux risques. Tous les pays du monde sont sur le principe égaux face aux problèmes et devraient être en capacité de limiter les catastrophes. Pour cela, la mise en place d’une éducation aux risques naturels est la solution la plus à même de répondre à une gestion efficace et raisonnée. Comme pour beaucoup d’« éducation à », le bon déroulement d’une éducation aux risques naturels reste une question au coeur des débats scientifiques et politiques. L’exemple du Japon est le reflet de cette question d’éducation, ce pays a toujours été en capacité d’obtenir une éducation aux risques sismiques efficace alors qu’il n’était pas préparé au tsunami du 11 mars 2011 faisant près de 20 000 morts (et autre risque industriel : Fukushima). L’éducation aux risques naturels est donc encore pour tous les pays du monde une question majeure à réfléchir et à renouveler régulièrement. À partir de là, la question de la place de l’école dans cette éducation se pose, l’enseignement dispensé dès le plus jeune âge est-il envisageable ? Est-il mis en place ?
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadatas

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01698849
Contributor : Espe Université de Rouen Normandie <>
Submitted on : Thursday, February 1, 2018 - 4:43:36 PM
Last modification on : Thursday, March 5, 2020 - 6:52:55 PM
Long-term archiving on: : Wednesday, May 2, 2018 - 3:23:52 PM

File

Menant Marion.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-01698849, version 1

Citation

Marion Menant. L'Éducation aux risques naturels à l'école primaire . Education. 2017. ⟨dumas-01698849⟩

Share

Metrics

Record views

246

Files downloads

867