Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Concordance entre les signes clinico-radiologiques de suspicion de rupture tumorale de néphroblastome au diagnostic et l’analyse histologique post-chimiothérapie‎ : conséquences sur le choix thérapeutique à propos d’une série monocentrique du CHRU de Nancy

Résumé : Selon les critères de la Société Internationale d’Oncologie Pédiatrique, tout patient présentant une rupture pré-opératoire d’un néphroblastome doit être classé d’emblée en stade IIIc et recevoir une radiothérapie abdominale. La chimiothérapie administrée avant l’exérèse de la tumeur réduit considérablement le volume tumoral et est à l’origine d’une gangue péritumorale qui peut masquer, à l’analyse histologique, une rupture tumorale évidente cliniquement et/ou radiologiquement. Or, aucune recommandation protocolaire n’est prévue dans ce cas.
Objectif :
Le but principal de ce travail était d’étudier la concordance des signes clinico-radiologiques en faveur d’une rupture tumorale avec les résultats de l’analyse histologique post-chimiothérapie néo-adjuvante et de décrire les choix thérapeutiques qui en découlaient.
Patients et méthodes :
Nous avons réalisé une étude descriptive rétrospective sur une cohorte monocentrique de patients pris en charge pour un néphroblastome au CHRU de Nancy entre juin 1991 et août 2017.
Résultats :
Sur une cohorte de 71 patients, 28 d’entre eux présentaient une suspicion de rupture tumorale au diagnostic. Nous avons mis en évidence une bonne concordance entre la présence de signes cliniques et la présence de signes scanographiques en faveur d’une suspicion de rupture tumorale au diagnostic (coefficient κ : 0,67). En revanche, il existait une concordance médiocre entre ces signes associés et les résultats de l’analyse histologique post-chimiothérapie (coefficient κ : 0,27). Seuls 5 patients avec des signes clinico-radiologiques ont été sur-traités avec de la radiothérapie abdominale alors que la rupture avait été infirmée après relecture nationale de l’analyse histologique. La notion de traumatisme abdominal et la présence d’un épanchement intra-abdominal semblaient être des facteurs ayant guidé la décision collégiale de sur-traitement. La survie n’était pas différente entre les deux groupes de patients avec ou sans suspicion de rupture tumorale au diagnostic.
Conclusion :
La relecture histologique nationale permet d’harmoniser la classification des patients mais ne peut suffire à elle seule dans certains tableaux équivoques. Actuellement, le sens clinique et l’expérience professionnelle des praticiens prévalent en cas de tableau évocateur d’une suspicion de rupture tumorale finalement infirmée à l’histologie, en attendant qu’une étude de plus forte puissance permette de définir des critères qui devraient amener à sur-traiter un patient dans ce contexte et d’étudier la survie en conséquence.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadatas

Cited literature [57 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01701081
Contributor : Bibliothèque Santé <>
Submitted on : Monday, February 5, 2018 - 3:38:21 PM
Last modification on : Monday, December 2, 2019 - 10:24:02 AM
Long-term archiving on: : Thursday, May 3, 2018 - 4:53:56 PM

File

Le Rouzic Marie.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-01701081, version 1

Citation

Marie-Amelyne Le Rouzic. Concordance entre les signes clinico-radiologiques de suspicion de rupture tumorale de néphroblastome au diagnostic et l’analyse histologique post-chimiothérapie‎ : conséquences sur le choix thérapeutique à propos d’une série monocentrique du CHRU de Nancy. Médecine humaine et pathologie. 2017. ⟨dumas-01701081⟩

Share

Metrics

Record views

92

Files downloads

103