Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Caractérisation du flux des urgences au SAU de l'hôpital d'Annecy

Résumé : L'enquête de 1394 passages sur 14 journées représentatives, aux urgences du Centre Hospitalier d'Annecy, en 1995, permet de chiffrer ce qui parfois était pressenti. Les situations aiguës, ne nécessitant que des soins courants ou ne nécessitant pas de soins immédiats, représentent 66 % des admissions. De façon similaire le groupe G2 (classification G.E.M.S.A. : patients non convoqués sortant après consultation ou patients ambulatoires) représente 66,7 % des passages. L'importance de la petite traumatologie a été mise en évidence. Elle représente 53 % des passages dans ce service et constitue la majorité des cas du groupe G2. Les phénomènes accidentels constituent les deux tiers des circonstances de recours au Service d'Accueil des Urgences (S.A.U.). L'attitude consumériste des patients est bien démontrée pour les urgences non vitales : ● la majorité des patients (69,2 %) souhaite être traitée immédiatement ; ● 75, 7 % des patients pensent que le S.A. U. doit accueillir toutes les personnes qui se présentent quel que soit leur cas. Le plateau technique est fréquemment utilisé au S.A.U., surtout en ce qui concerne la radiographie conventionnelle (60% des patients en ont bénéficié) ; 21 % ont eu un avis spécialisé ; 27 % ont eu des explorations biologiques... Le service rendu aux patients est important et constitue sans doute un fort pouvoir attractif. Dans la majorité des cas (59,6 % des situations) les patients ont spontanément recours au S.A.U. Seuls 29 % sont adressés par un médecin. Lorsque le médecin traitant ou de garde adresse un patient à l'hôpital, celui-ci est hospitalisé dans 67,7 % des cas. Quand les patients se présentent spontanément aux urgences, l'issue du passage aboutit rarement à une hospitalisation (16,1 % des cas). Parmi les 385 hospitalisations dénombrées, 84 % n'avaient d'autre alternative que celle de l'hospitalisation, selon le médecin consultant des urgences. Il semble que les personnes relevant de pathologies traumatologiques s'adressent plus volontiers au S.A.U. qu'à leur médecin (celui-ci n'est contacté que dans 15 % des situations). Seuls 10,8 % des patients dans ce groupe de pathologie sont adressés par un médecin, alors que c'est le cas pour 44,6 % des épisodes maladies. Lorsque le médecin généraliste est contacté, celui-ci semble alors jouer un rôle filtre en amont de l'hôpital. Le recours au S.A.U. pour des motifs sociaux est peu important : ils sont intriqués aux indications d'hospitalisation dans 10,7 % des cas. Le S.A.U. doit concentrer son activité sur les situations aiguës dont le risque est à évaluer ainsi que celles avec un risque vital ou un risque fonctionnel. Il doit prendre en charge ces situations avec encore plus de pertinence. Il serait alors souhaitable d'inciter le flux spontané des patients vers le S.A.U. à se diriger vers d'autres structures (au risque pour l'hôpital de perdre une clientèle d'appel). A cette fin, plusieurs types d'actions sont possibles : ● en amont, le patient doit être éduqué à recourir plus fréquemment à son médecin de famille, ou à contacter le Centre 15. Ce dernier peut être un bon intermédiaire dans cette démarche ; ● une revalorisation des actes d'urgence en médecine libérale peut inciter les médecins à reconsidérer la prise en charge de certaines familles d'urgence délaissées, comme la petite traumatologie ; ● des collaborations entre hôpital et médecins libéraux sont à explorer par le biais des nouvelles technologies de communication. Elles renforceront le rôle du médecin généraliste auprès du patient. Elles doivent contribuer à améliorer la pertinence des indications d'hospitalisation, même si celles-ci semblent déjà élevées ; ● des structures attrayantes offrant le même service rendu aux patients ambulatoires pourraient être mises en place : cliniques de traumatologie ou réseaux de soins en médecine libérale, permettant une prise en charge intégrée du patient (examen clinique, investigations complémentaires, soins adaptés...) ; polyclinique intra-hospitalière ouverte aux médecins généralistes pour l'investigation des patients en situation aiguë nécessitant des soins courants. Il faut noter que les situations de détresse sociale sont peu fréquentes mais consommatrices de temps. Le S.A.U. doit contribuer à orienter ces patients vers des structures adéquates sauf si cette mission est clairement fixée à l'hôpital par les pouvoirs publics. Tous ces résultats constituent les premiers constats d'un des cinq volets du projet de recherche sur la caractérisation du flux des urgences sur le bassin annécien. Avant de les généraliser, il conviendra de confronter l'ensemble des résultats des diverses enquêtes menées sur ce thème. Il reviendra alors en premier lieu aux décideurs locaux de santé de choisir les mesures adéquates.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadatas

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01730273
Contributor : Jean-Hugues Morneau <>
Submitted on : Tuesday, March 13, 2018 - 10:46:43 AM
Last modification on : Wednesday, July 15, 2020 - 8:58:04 AM
Long-term archiving on: : Thursday, June 14, 2018 - 12:56:43 PM

File

1996GRE15029_banihachemi_jean-...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-01730273, version 1

Citation

Jean-Jacques Banihachémi. Caractérisation du flux des urgences au SAU de l'hôpital d'Annecy. Médecine humaine et pathologie. 1996. ⟨dumas-01730273⟩

Share

Metrics

Record views

59

Files downloads

11