Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Impact sur les prescriptions des médecins généralistes de l’application d’une partie de la réglementation des stupéfiants au zolpidem : étude observationnelle déclarative

Résumé : Le zolpidem, molécule hypnotique apparentée aux benzodiazépines (BZD), pose un problème de santé publique en France. Sa consommation est importante, alors qu'il comporte de nombreux effets indésirables potentiellement graves, et fait l'objet d'usages problématiques (abus, usage détourné, usage délictueux ou criminel). Les médecins généralistes (MG) sont les principaux prescripteurs de cette molécule. L'objectif de cette étude était d'observer l'impact, sur les prescriptions des MG, de l'application au zolpidem d'une partie de la réglementation des stupéfiants, c'est-à-dire une prescription sur ordonnance sécurisée. Cette étude observationnelle descriptive a été réalisée entre le 25 août et le 7 octobre 2017 au moyen d'un questionnaire anonyme, composé de 12 questions, envoyé par courrier électronique à un échantillon de MG français. Les analyses statistiques ont été réalisées sous le logiciel Stata (version 13, StataCorp, College Station, Texas, USA). Au total, 153 MG sur près de 500 sollicités ont répondu au questionnaire, soit environ 30% de participants. Parmi les répondants, on retrouvait une proportion de femmes (54,9%), de remplaçants (20%) et de Maîtres de Stage des Universités (MSU) (43,1%) plus importante que dans la population médicale nationale. Cent-cinquante MG (98%) ayant répondu au questionnaire prescrivaient du zolpidem avant le changement de réglementation. Parmi ceux-là, 118 (78,7%) ont arrêté de l'instaurer depuis cette mesure. Le fait de ne plus instaurer de zolpidem depuis la prescription sur ordonnance sécurisée était associé au fait d'être MSU (p=0,006), et de trouver que la prescription sur ordonnance sécurisée est une bonne solution pour réduire la consommation de zolpidem (p=0,02). Pour les MG qui n'instaurent plus de zolpidem chez leurs patients, la molécule préférentielle prescrite à la place est le zopiclone, autre apparentée aux BZD, citée par 67 médecins soit 56,8% des répondants. De même lorsque les MG choisissent de remplacer par une autre molécule le zolpidem instauré chez un patient avant le changement de réglementation, la molécule la plus citée est aussi la zopiclone (80,9%). Cinquante-quatre virgule neuf pour cent des participants au questionnaire pensent que la prescription sécurisée est une bonne solution pour diminuer la consommation de zolpidem, et 50,3% pensent que d'autres molécules devraient aussi être soumises à cette réglementation. Cette étude semble montrer que la prescription sur ordonnance sécurisée pourrait être efficace pour diminuer la prescription du zolpidem, mais n'entraînerait pas pour autant une diminution importante de la consommation globale des BZD et apparentés avec un report de prescription sur d'autres molécules de cette classe. Il serait par ailleurs intéressant de voir l'impact de cette mesure sur les cas d'abus, de dépendance, d'usage détourné, et d'usge délictueux ou criminel du zolpidem, également ciblés par cette mesure.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadatas

Cited literature [54 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01818773
Contributor : Santé Uca <>
Submitted on : Tuesday, June 19, 2018 - 3:22:43 PM
Last modification on : Tuesday, October 8, 2019 - 1:14:02 PM
Long-term archiving on: : Monday, September 24, 2018 - 8:45:33 PM

File

CHARTIER_Lorraine_these.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-01818773, version 1

Collections

Citation

Lorraine Chartier. Impact sur les prescriptions des médecins généralistes de l’application d’une partie de la réglementation des stupéfiants au zolpidem : étude observationnelle déclarative. Médecine humaine et pathologie. 2017. ⟨dumas-01818773⟩

Share

Metrics

Record views

148

Files downloads

231