Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Le médecin généraliste et les infections urinaires basses communautaires (cystites simples), chez la femme de 15 à 75 ans : évaluation des pratiques professionnelles en fonction des nouvelles recommandations du SPILF de juin 2014

Résumé : Introduction : l'infection urinaire basse communautaire reste un motif fréquent de consultation en médecine générale et représente une part importante de la prescription d'antibiotique en ville. L'évolution de résistances bactériennes fait que la prescription d'antibiotiques reste un problème de santé publique majeur. En 2014 le SPILF a sorti de nouvelles recommandations concernant les infections urinaires. Notre étude a pour objectif d'établir un état des lieux de l'impact de ces nouvelles recommandations pour le diagnostic et le traitement de la cystite simple chez le médecin généraliste. Matériels et méthodes : il s'agit d'une étude descriptive, observationnelle, pluri centrique. Le recueil des données consistait à récupérer des cas de cystite simple sur la période de septembre 2014 à décembre 2015, de médecins généralistes installés dans les communes d’Istres, Martigues et Miramas, ayant pris connaissances des nouvelles recommandations. Trois données ont été étudiées et comparées aux nouvelles recommandations: la réalisation d'une bandelette urinaire (BU) au cabinet du médecin généraliste, la réalisation d'une étude cytobactériologique des urines (ECBU), et l'antibiotique mis en première intention. Un questionnaire a été réalisé dans un second temps pour détailler leur pratique concernant l'utilisation de la BU et de l'ECBU. Résultat : 13 médecins généralistes intégrés, nous ont permis d'inclure 181 cas de cystites simples chez la femme de 15 à 75 ans. La totalité a répondu au questionnaire réalisé dans un second temps. Sur ces 181 patientes la BU n'a jamais été réalisée au cabinet du médecin généraliste, l’ECBU a été réalisée dans 44,2% des cas, la fosfomycine-trometamol a été prescrit dans 40,9% des cas en première intention et les fluoroquinolones dans 30,4% des cas. Au questionnaire réalisé dans un second temps, sur les 13 médecins généralistes, 5 ont répondu qu’ils ne pratiquaient pas la BU car elle était chronophage. Pour 3 d'entre eux, le coût en était le motif. 84,6% d'entre eux prescrivaient une ECBU dans le but d'identifier le germe et d'adapter secondairement l'antibiogramme. Pour aider les médecins généralistes dans la réalisation de la BU, 46,2% souhaitaient une prise en charge du coût par la sécurité sociale, 30,8% estimaient qu'il leur faudrait plus de temps. Conclusion: Notre étude met en évidence que les nouvelles recommandations ne sont pas totalement appliquées par les médecins généralistes. Même s'ils sont conscients du risque d’émergence des résistances, la BU n'est jamais réalisée mais ne semble pas adaptée à leur pratique. L'ECBU est encore trop souvent prescrite et les antibiotiques inscrits sur la liste ANSM des antibiotiques critiques sont encore trop souvent utilisés de façon empirique.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadatas

Cited literature [234 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01827796
Contributor : Faculté de Médecine Amu <>
Submitted on : Monday, July 2, 2018 - 4:40:04 PM
Last modification on : Monday, July 6, 2020 - 4:46:26 PM
Long-term archiving on: : Monday, October 1, 2018 - 9:17:52 AM

File

THESE MERISIER SOPHIE.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-01827796, version 1

Collections

Citation

Sophie Merisier. Le médecin généraliste et les infections urinaires basses communautaires (cystites simples), chez la femme de 15 à 75 ans : évaluation des pratiques professionnelles en fonction des nouvelles recommandations du SPILF de juin 2014. Médecine humaine et pathologie. 2017. ⟨dumas-01827796⟩

Share

Metrics

Record views

246

Files downloads

392