Dissection coronaire spontanée : données épidémiologiques, cliniques et angiographiques issues du registre national français DISCO

Résumé : Contexte : La dissection coronaire spontanée (spontaneous coronary artery dissection, SCAD) est une forme sous-diagnostiquée de syndrome coronarien aigu (SCA) dont l’origine reste incertaine. Les caractéristiques et la prise en charge des patients présentant une SCAD restent à mieux déterminer dans de larges cohortes prospectives. Objectif : Évaluer les caractéristiques cliniques et angiographiques, les facteurs associés, la prise en charge thérapeutique et le pronostic à court et moyen terme des SCAD à travers les données issues du registre national français DISCO. Méthodes : De 2016 à 2018, 424 patients avec diagnostic de SCAD ont été inclus prospectivement et rétrospectivement dans 61 centres français de cardiologie interventionnelle. Toutes les angiographies étaient relues par 3 cardiologues expérimentés pour confirmation diagnostique et classifiées selon la classification de Saw. Résultats : 373 patients avec SCAD confirmée ont été inclus (45.6% prospectivement et 54.4% rétrospectivement). L’âge moyen était de 51.5±10.3 ans avec 90.6% de femmes (51.2% ménopausées). 90.0% des patients avaient ≤ 2 facteurs de risque cardiovasculaire. Un SCA est survenu chez 96.2% des patients, avec une troponine positive dans 95.4% des cas et un sus décalage du segment ST dans 45.0%. Un facteur favorisant était retrouvé dans 58.4% des cas (stress émotionnel dans 46.0%, exercice physique intense dans 12.4%). Une maladie inflammatoire était rapportée chez 5 patients (1.4%). 4.4% des SCAD sont survenues dans le peripartum. 75.1% des patients avait une SCAD type 2, 13.8% une SCAD type 1 et 8.9% une type 3. Une SCAD plurifocale était retrouvée dans 6.2% des cas. 84.2% des patients ont été pris en charge de façon conservatrice, 15.5% de façon interventionnelle et 0.3% chirurgicalement. Parmi les patients traités médicalement, 3.8% ont bénéficié d’une revascularisation en urgence lors de l’hospitalisation initiale. 288 patients avaient un contrôle angiographique différé (délai médian de 38 [8-70] jours) retrouvant une amélioration de la lésion dans 81.9%. Avec un suivi de 1 an, une récidive de SCAD est survenue dans 3.0%, et un évènement cardiovasculaire majeur (accident vasculaire cérébral, infarctus, revascularisation de la lésion initiale) dans 7.7%. Conclusion : L’étude DISCO est la plus grande cohorte européenne de dissections coronaires spontanées. La SCAD prédomine chez la femme jeune ayant peu de facteurs de risque cardiovasculaire, et survient dans le péripartum dans seulement une minorité des cas. Elle se manifeste le plus souvent par un hématome intramural contribuant au sous-diagnostic des SCAD. Un traitement conservateur est à privilégier chaque fois que possible au vu de l’évolution favorable associée à cette stratégie dans la majorité des cas.
Complete list of metadatas

Cited literature [24 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02022721
Contributor : Santé Uca <>
Submitted on : Monday, February 18, 2019 - 11:03:20 AM
Last modification on : Friday, March 8, 2019 - 1:25:01 AM
Long-term archiving on : Sunday, May 19, 2019 - 4:32:36 PM

File

Thèse_BOUAJILA_Sara.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02022721, version 1

Collections

Citation

Sara Bouajila. Dissection coronaire spontanée : données épidémiologiques, cliniques et angiographiques issues du registre national français DISCO. Sciences du Vivant [q-bio]. 2018. ⟨dumas-02022721⟩

Share

Metrics

Record views

25

Files downloads

87