Dégénérescence fuyante de la valve aortique bicuspide : étude clinique, histologique et génétique

Résumé : Introduction : la physiopathologie de la dégénérescence valvulaire accélérée de la bicuspidie aortique (BA) reste à ce jour non élucidée. Les objectifs de notre travail résident dans la description d’une cohorte de patients atteints de régurgitation aortique « pure » survenant sur une bicuspidie aortique afin d’en approcher les caractéristiques épidémiologiques, échographiques, histologiques et moléculaires. Méthodes : nous avons réalisé une étude prospective monocentrique menée de Janvier 2011 à Juillet 2018 au sein de l’hôpital de la Timone à Marseille. Une analyse histologique et transcriptomique de valves aortiques bicuspides fuyantes a été réalisée en comparant le feuillet prolabé et le feuillet non prolabé à un feuillet « contrôle » tricuspide. Un modèle expérimental humain d’assistance cardiaque longue durée (LVAD) a été étudié pour déterminer le rôle de l’hémodynamique dans la survenue de la dégénérescence valvulaire. Résultats : trois-cent cinquante patients ont été inclus prospectivement. Sur les 316 patients (90,2%) porteurs d’une dysfonction valvulaire, 66 (20.8%) présentaient une régurgitation aortique « pure » sévère. Le mécanisme de la régurgitation était un prolapsus dans la majorité des cas (n=37, 56%). Sur le plan histologique, l’analyse de 2 valves bicuspides siège de fuite sévère par prolapsus révélait une désorganisation de la matrice extracellulaire avec perte de la structure tri laminaire et accumulation de protéoglycans au niveau du feuillet prolabé. En revanche, la structure trilaminaire était préservée au sein du feuillet non prolabé. L’analyse transcriptomique retrouvait une surexpression de gènes impliqués dans l’homéostasie de la matrice extracellulaire valvulaire : IL6 (15,6±9,9 versus 8±10,6, p= 0,02), EGR1 (2,45±0,5 versus 1,4±0,14, p=0,05), EGR2 (3,9±0,4 versus 0,45±0,21, p=0,004) et ACAN (48,2±22.3 versus 10,7±12,6, p=0,05) et une sous expression des gènes impliqués dans l’intégrité des cellules endothéliales : eNOS (1,15±0,7 versus 8,75±6,8, p=0.1) et PECAM (6,1±1,8 versus 26,5±2,4, p = 0,005) au sein feuillet prolabé en comparaison au feuillet non prolabé. L’analyse de la valve aortique du modèle LVAD retrouvait des résultats histologiques et moléculaires similaires à ceux décrits dans le feuillet prolabé. Conclusion : la régurgitation de la bicuspidie aortique est un mode de dysfonctionnement qui survient plus fréquemment chez l’homme, à un âge beaucoup plus jeune que la dysfonction valvulaire sténosante. Son mécanisme est en règle un prolapsus du feuillet fusionné. Sur le plan histologique et moléculaire, la dégénérescence est de type myxoïde, proche de celle que l’on observe dans le prolapsus valvulaire mitral. Le modèle LVAD suggère l’origine acquise de la dysfonction fuyante en lien avec l’hémodynamique.
Complete list of metadatas

Cited literature [33 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02047668
Contributor : Faculté de Médecine Amu <>
Submitted on : Monday, February 25, 2019 - 10:35:22 AM
Last modification on : Thursday, April 18, 2019 - 11:35:27 PM

File

THESE SIMONI 12-10-2018.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02047668, version 1

Collections

Citation

Anne-Sophie Simoni. Dégénérescence fuyante de la valve aortique bicuspide : étude clinique, histologique et génétique. Sciences du Vivant [q-bio]. 2018. ⟨dumas-02047668⟩

Share

Metrics

Record views

10

Files downloads

100