Les plates-formes de jobbing : sites de mise en relation de services entre particuliers avec contrepartie financière

Résumé : Les plates-formes de jobbing avec contrepartie financière, sont des places de marché virtuelles, qui mettent en relation des particuliers à la recherche de petits boulots et d’autres particuliers demandeurs de services. Il s’agit de prestations rémunérées par les clients usagers de ces sites. Les fondateurs de ces plates-formes se rémunèrent en prélevant une commission sur chaque prestation réalisée et sur les abonnements mensuels que doivent souscrire les prestataires de service pour voir les annonces de jobs. Pour certains observateurs, ces nouvelles sources d’activité et de revenus sont une opportunité économique capable de diminuer le nombre de demandeurs d’emploi en générant de la croissance. Pour d’autres, ces petits boulots informels et peu rémunérés, s’attaquent au travail règlementé et à la protection sociale en participant à l’ubérisation des travailleurs qui œuvrent sur ces sites, ce qui contribue à les éloigner un peu plus de l’emploi salarié.
Notre étude commence par analyser les mécanismes internes et les discours prometteurs des plates-formes, orchestrés par les concepteurs pour susciter l’adhésion des internautes. Les plates-formes, régies par une logique de profit, ne poursuivent pas un objectif d’intérêt collectif. Leur modèle économique qui se focalise sur l’augmentation du volume des prestations, va à l’encontre des valeurs d’entraide et de l’esprit collaboratif, dont elles se réclament de manière habile. L’analyse confronte ensuite les discours des plates-formes aux actes des participants, en observant la manière dont les usagers se réapproprient les espaces de discussion. L’observation permet de mesurer l’ampleur et les effets des outils d’encadrement de l’écriture, prédéfinis par le médiateur, concepteur et maître du dispositif, qui contrôle les étapes des échanges, normalise les relations sociales et limite la liberté d’expression des usagers. De notre analyse, il ressort que le modèle économique du jobbing est fondé sur un partage de la valeur peu équitable entre fondateurs et prestataires de services. Les plates-formes profitent principalement aux clients qui bénéficient de prestations bon marché et aux fondateurs qui n’ont pas à s’acquitter de charges sociales. L’absence de statut adapté pour les prestataires, oblige les pouvoirs publics à repenser les règles sociales et fiscales en apportant un cadre juridique à ces entreprises.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadatas

Cited literature [8 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02053391
Contributor : Clara Musy <>
Submitted on : Friday, March 1, 2019 - 12:00:39 PM
Last modification on : Friday, March 15, 2019 - 8:16:16 AM
Long-term archiving on : Thursday, May 30, 2019 - 1:57:37 PM

File

CARBONNEL Laurent_DUMAS.pdf
Files produced by the author(s)

Licence


Copyright

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02053391, version 1

Citation

Laurent Carbonnel. Les plates-formes de jobbing : sites de mise en relation de services entre particuliers avec contrepartie financière. Sciences de l'information et de la communication. 2017. ⟨dumas-02053391⟩

Share

Metrics

Record views

43

Files downloads

240