De la dénonciation des viols systématiques commis pendant la guerre en Bosnie-Herzégovine à la mobilisation des acteurs français (avril 1992 jusqu'à la fin des années 1990)

Résumé : Pendant les conflits qui accompagnèrent la décomposition de la République fédérative socialiste de Yougoslavie, les territoires concernés, et plus précisément la Bosnie-Herzégovine (avril 1992 - décembre 1995), furent le théâtre de pratiques de viols systématiques. Selon le rapport Mazowiecki de l'ONU, le nombre de femmes victimes de ces viols s’éleva à plus de 20 000 sur toute la période de la guerre. En Europe et en Amérique du Nord, des acteurs associatifs humanitaires et féministes se mobilisèrent pour dénoncer ces pratiques. Bien que l’utilisation des viols dans les conflits soit un phénomène bien plus ancien et qu’il ait même déjà été dénoncé antérieurement, le conflit dans l’ex-Yougoslavie suscita une dénonciation d’une ampleur inédite. La France fut l’un des pays européens où cette dénonciation des viols systématiques entraîna des actions de mobilisation et de solidarité importantes à l’égard des femmes de l'ex-Yougoslavie : manifestations, pétitions, collectifs d'information, convois de vivres, de médicaments et de matériels, mise en place de projets médicaux d'aide aux femmes violées etc. Nous avons étudié les acteurs français qui se sont impliqués dans la solidarité avec les femmes bosniaques, examiné le rôle des médias dans la mobilisation, et questionné plus largement l’évolution des représentations du viol en temps de guerre dans la société française, à différents niveaux : sociétal, juridique, politique. En France, ce sont des mouvements humanitaires et féministes qui, les premiers, ont commencé à dénoncer les viols qui avaient lieu dans l'ex-Yougoslavie. L'étude que nous avons menée se fonde notamment sur les archives inédites d’associations – comme la Maison des Femmes de Paris, l'Alliance des Femmes pour la Démocratie et Femmes sous lois musulmanes –, et de militantes féministes. Ces archives ont été consultées pour certaines dans les centres de documentation publics sur l’histoire des femmes et du féminisme, et pour d’autres auprès de leurs détentrices. Nous avons pu montrer dans quelle mesure ces groupes militants réussirent à élargir la dénonciation des viols systématiques, par leurs relais auprès d’autres acteurs féministes et humanitaires et, au-delà encore, auprès des médias et de nombreux collectifs militants dans la société française. La médiatisation et la mobilisation collective permirent de rendre visible et audible la dénonciation des viols systématiques auprès de la population, et particulièrement auprès des décideurs politiques. En France, l’implication d’acteurs très variés, parfois opposés les uns aux autres, au sein du monde associatif, du monde politique, des milieux médiatiques et juridiques et des intellectuels, permit d’obtenir des changements dans la perception des viols systématiques. Notre recherche étudie de façon détaillée les étapes successives de ce processus, et les divers moyens utilisés par les acteurs impliqués, en insistant sur le résultat d’ensemble, malgré les divergences qui existaient entre ces acteurs et malgré les limites que leurs mobilisations pouvaient rencontrer. Cependant, notre analyse de la construction de la défense des droits des femmes pendant cette période ne se réduit pas au cadre français. Nous avons aussi cherché à comprendre les interactions qui existaient avec d’autres terrains nationaux et qui contribuèrent à porter la dénonciation des viols systématiques à l’échelle des institutions internationales. Le mouvement de dénonciation et de solidarité national français s'inscrit donc dans un mouvement plus général, qui déboucha sur une véritable prise en compte des faits de viols systématiques en temps de guerre. Plusieurs enquêtes juridiques internationales furent menées, à la suite de ces mobilisations, pour qualifier et condamner la pratique des viols systématiques utilisée dans le conflit bosniaque. Ces enquêtes connurent un prolongement avec l’activité du Tribunal Pénal International pour l'ex-Yougoslavie, qui jugea des faits de viols systématiques commis pendant le conflit en Bosnie-Herzégovine. Cela ouvrit une série de procédures juridiques internationales visant les viols de masse dans un certain nombre d’autres conflits, notamment au Rwanda. La dénonciation militante, médiatique et politique du sort des femmes victimes de viols systématiques en Bosnie-Herzégovine, portée dans un cadre national comme celui de la France, et dans des échanges internationaux où cette mobilisation française s’intégrait, permit donc un changement majeur au tournant du vingtième siècle. Pour la première fois dans l’histoire, la pratique des viols systématiques en temps de guerre suscita autant de mobilisation de la part d'acteurs divers au niveau international et elle permit une intensification des luttes politiques et juridiques contre les viols de masse.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadatas

Cited literature [43 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02060154
Contributor : Ufr Sciences Sociales Rennes 2 <>
Submitted on : Thursday, March 7, 2019 - 11:19:23 AM
Last modification on : Friday, May 10, 2019 - 1:16:02 PM
Long-term archiving on : Monday, June 10, 2019 - 4:28:51 PM

File

2017_MM2_MORIN-DELAURIERE_C.pd...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02060154, version 1

Citation

Camille Morin-Delaurière. De la dénonciation des viols systématiques commis pendant la guerre en Bosnie-Herzégovine à la mobilisation des acteurs français (avril 1992 jusqu'à la fin des années 1990). Histoire. 2017. ⟨dumas-02060154⟩

Share

Metrics

Record views

51

Files downloads

23