Étude et réflexion sur l’influence de l’exposition œstrogénique, au court de la vie d’une femme en âge de procréer, sur la survenue d’un évènement thromboembolique veineux

Résumé : Introduction : La maladie thromboembolique veineuse (MTEV) est un évènement rare chez la femme en âge de procréer (0,5/1000 années-femmes) dont les facteurs causaux restent « classiquement » la contraception œstroprogestative (COP), la grossesse et la période du post-partum. Notre expérience dans le service Post-Urgences et Thérapeutique du CHU de Clermont-Ferrand interroge sur la réalité de cette affirmation. Ainsi, nombre de femmes admises pour un épisode aigu de MTEV ont été exposées antérieurement et pendant de nombreuses années à une COP sans pour autant connaître une complication thromboembolique veineuse ; d’autres encore n’y avaient jamais été exposées. Matériel et Méthode : Étude observationnelle, rétrospective, mono centrique et descriptive, portant sur 65 femmes en âge de procréer, prises en charge pour un épisode aigu de MTEV dans le service Post-Urgences et Thérapeutique entre 2012 et 2018. L’objectif était d’analyser trois paramètres classiquement impliqués dans la genèse de la MTEV : l’exposition œstrogénique antérieure (COP, grossesse, post-partum), l’existence d’une thrombophilie, et l’évaluation du risque de MTEV au moment de la survenue de l’évènement TEV (exposition œstrogénique, situations à risque aiguës ou chroniques). Résultats : Notre étude retrouve que près des deux tiers des femmes étaient sous COP au moment de leur MTEV, soutenant bien son rôle important dans la survenue d’une thrombose veineuse. Mais pour seulement 11 % d’entre elles, la COP était le seul facteur de risque pouvant être incriminé (5,9% si on considère l’âge supérieur à 40 ans comme un facteur de risque). Ainsi le rôle de la COP est certes important, mais son imputabilité parfois « trop exclusif » pourrait être remise en question. Dans notre série, les femmes avec une MTEV sous COP sont des femmes plus jeunes (moins de 30 ans), qui la font pour un délai d’exposition plus court à la COP (156 mois vs 290 mois d’intervalle entre la 1ère exposition et la survenue de la MTEV). La durée d’exposition cumulée à une « ambiance œstrogénique » ne parait pas influer la survenue d’une MTEV, même si l’exposition liée à la procréation est significativement moins importante chez ces dernières (4 mois vs 26 mois). Bien que ces facteurs soient impliqués dans près de 50% des MTEV, le poids porté par les thrombophilies héréditaires et les situations à risque aiguës ne semblent pas plus important lorsque ces éléments sont associés à une COP. L’exposition à des facteurs de risque chroniques, notamment le tabac et le surpoids, est significativement plus présente dans les MTEV sans COP. Enfin 45% des femmes sous COP ont au plus 1 facteur de risque de survenue de MTEV, quand 77% des femmes sans COP ont au moins 2 facteurs de risque de survenue de MTEV (100% si l’âge>40 ans est pris comme facteur de risque). Conclusion : Le rôle propre de la COP dans la survenue de la MTEV reste indéniable. Il est toutefois rarement isolé, notamment chez les femmes plus jeunes. Une susceptibilité plus importante aux œstrogènes semble être présente chez certaines femmes et semble prépondérante comparée au poids des autres facteurs de risque classiques.
Complete list of metadatas

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02079638
Contributor : Santé Uca <>
Submitted on : Tuesday, March 26, 2019 - 11:06:55 AM
Last modification on : Tuesday, April 2, 2019 - 2:33:13 AM

File

Thèse_PAILLIARD TURENNE_ Mor...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02079638, version 1

Collections

Citation

Morgane Pailliard Turenne. Étude et réflexion sur l’influence de l’exposition œstrogénique, au court de la vie d’une femme en âge de procréer, sur la survenue d’un évènement thromboembolique veineux. Sciences du Vivant [q-bio]. 2018. ⟨dumas-02079638⟩

Share

Metrics

Record views

27

Files downloads

39