Étude rétrospective sur quatre ans comparant les patients décédés avec et sans limitation ou arrêt des thérapeutiques actives

Résumé : Introduction : la « loi Léonetti » introduit de manière formelle la notion d’obstination déraisonnable des actes médicaux et donne la possibilité aux médecins de ne pas entreprendre ou de suspendre des traitements quand ceux-ci semblent disproportionnés. Elle définit deux entités distinctes : la limitation des thérapeutiques et l’arrêt des thérapeutiques. En réanimation, il existe des recommandations de bonnes pratiques relatives à cette loi, formalisant les décisions de limitation ou d’arrêt des thérapeutiques actives (LATA). Objectif : l’objectif principal du travail était de comparer de manière rétrospective sur une période de quatre ans, l’épidémiologie et les données cliniques des patients décédés en LATA et ceux décédés sans mise en place de LATA. Méthode, résultats : il s’agit d’une étude mono-centrique, rétrospective et observationnelle, réalisée dans une réanimation polyvalente du centre hospitalo-universitaire de la Timone, à Marseille, sur une période de quatre ans, de janvier 2013 à décembre 2016. Sur 2254 patients admis en réanimation, nous avons inclus 501 patients décédés. 128 patients (25%) ont eu une décision de LATA avec une fiche standardisée (64 limitations des thérapeutiques et 64 arrêts des thérapeutiques). Il n’existait pas de différence entre les deux groupes en terme d’âge, de sexe, ou de comorbidités. Dans le groupe LATA, il y avait 58% de patients neurolésés versus 41% dans le groupe sans LATA(p=0.001). Respectivement, le score IGS2 était de 53 versus 63 (p=0.001) et la durée moyenne de séjour était de 21 jours versus 7 jours (p=0.001). 92% des patients décédés en LATA avait au moment du décès une défaillance neurologique contre 80% dans le groupe sans LATA (p=0.001). Seulement 2 patients sur les 128 LATA avaient des directives anticipées. Conclusion : la grande majorité des patients décédés en LATA étaient des patients neurolésés, avec au moment du décès une mono-défaillance neurologique, et avec une durée moyenne de séjour plus longue. Les patients décédés sans LATA étaient des patients plus graves à l’admission avec un motif d’admission cardiologique qui évoluent plus rapidement vers une défaillance multiviscérale. Le manque d’informations sur les directives anticipées est un problème quotidien pour la décision de LATA et ouvre des perspectives d’évolutions sur leurs saisis et leurs traçabilités.
Complete list of metadatas

Cited literature [12 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02088775
Contributor : Faculté de Médecine Amu <>
Submitted on : Wednesday, April 3, 2019 - 10:39:33 AM
Last modification on : Thursday, April 18, 2019 - 11:35:27 PM

File

THESE PECHAYRE 24-10-2018.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02088775, version 1

Collections

Citation

Thibaud Pechayre. Étude rétrospective sur quatre ans comparant les patients décédés avec et sans limitation ou arrêt des thérapeutiques actives. Sciences du Vivant [q-bio]. 2018. ⟨dumas-02088775⟩

Share

Metrics

Record views

14

Files downloads

110