Réactions du chirurgien face à une plaie de la voie biliaire principale au cours d'une cholécystectomie par cœlioscopie : enquête auprès des chirurgiens digestifs du Sud-Est

Résumé : Objectif : La plaie de la voie biliaire principale (VBP) reste une complication encore trop fréquente de la cholécystectomie par cœlioscopie. Elle peut s’avérer dramatique tant la morbidité associée est importante. Le but de ce travail était d’étudier les réactions des chirurgiens digestifs du Sud-Est de la France face à la survenue d’une plaie de la VBP au cours d’une cholécystectomie par cœlioscopie. Nos critères composites évaluaient l’impact du facteur humain dans la gestion de cette complication. Matériels et méthode : Un questionnaire de quarante-et-une questions à choix multiples avait été adressé entre le 9 juillet et le 8 août 2018 par adresse électronique à trois cent quatre-vingt-treize chirurgiens digestifs des régions Provence-Alpes-Côte d’Azur, Corse et Languedoc-Roussillon. Les réactions de cinq populations de chirurgiens ont été comparées en fonction du sexe, de l’expérience, de la surspécialisation, du secteur d’activité et de la survenue ou non d’une plaie de la VBP dans leur carrière. L’impact du facteur humain était évalué selon leur goût pour la prise de risque, leur niveau de stress et leur insatisfaction au travail. L’ensemble des données ont permis des analyses comparatives uni et multivariées. Résultats : Le taux de participation était de 31.5%. Sur les 124 chirurgiens, 75.8% avaient déjà été confrontés à une plaie de la VBP. Ils étaient plus âgés (48.3±10.1 contre 37.8±10.1, p<0.001) et étaient des chirurgiens spécialisés non à orientation hépatobiliaire (3.928 [1.052 – 14.668] p=0.042). Les chirurgiens n’ayant jamais rencontré de plaie de la VBP avaient une plus faible expérience chirurgicale (0.024 [0.003 – 0.161] p<0.001), ils exerçaient au CHU (53.3% contre 16%, p < 0.001) et travaillaient plus de 60 heures par semaine (73.4% contre 39.4%, p = 0.004). Devant une plaie de la VBP peropératoire, la séquence de raisonnement de la majorité des chirurgiens était la réflexion, la réalisation d’une cholangiographie, le signalement à l’équipe en salle, l’appel d’un confrère et enfin la conversion. La cholangiographie était réalisée systématiquement par la moitié des praticiens et significativement plus chez les chirurgiens à faible expérience chirurgicale. Les femmes chirurgiens seraient amenées à solliciter plus souvent un confrère et à transférer en centre expert en raison de l’angoisse d’une mauvaise prise en charge ou d’un manque d’expérience. Le ressenti des chirurgiens n'influençait pas leurs réactions. Conclusion : Les réactions des chirurgiens étaient sensiblement les mêmes face à la survenue d’une plaie de la VBP. L’expérience chirurgicale rendrait les chirurgiens plus prudents, mais ne les protègerait pas du risque de plaie. L’évaluation de nos pratiques chirurgicales avec la plus grande transparence doit rester comme la pierre angulaire de l’accroissement de la sécurité des patients.
Complete list of metadatas

Cited literature [80 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02089109
Contributor : Faculté de Médecine Amu <>
Submitted on : Wednesday, April 3, 2019 - 2:36:58 PM
Last modification on : Thursday, April 18, 2019 - 11:35:27 PM

File

THESE DELCROS 25-10-2018.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02089109, version 1

Collections

Citation

Camille Delcros. Réactions du chirurgien face à une plaie de la voie biliaire principale au cours d'une cholécystectomie par cœlioscopie : enquête auprès des chirurgiens digestifs du Sud-Est. Sciences du Vivant [q-bio]. 2018. ⟨dumas-02089109⟩

Share

Metrics

Record views

18

Files downloads

252