Le ményanthe : Menyanthes trifoliata L. (Ményanthacées)

Résumé : Le ményanthe = Menyanthes trifoliata, plante marécageuse, fut longtemps classée dans la famille des Gentianaceae. Or, certains travaux de botanistes et chimistes ont permis de mieux le connaître, et de mettre en évidence certains caractères spécifiques qui le distinguent nettement des autres genres de la famille des Gentianaceae. C'est pour cette raison, que le ményanthe appartient à une nouvelle famille : les Menyanthaceae, composée de 5 genres : Menyanthes, Fauria, Nymphoides, Villarsia, Liparophyllum. Cette plante possède un rhizome pourvu de nombreuses racines adventives, prolongé par une tige composée de tronçons successifs. Ses feuilles alternes et divisées en 3 folioles s'élèvent au-dessus de longs pétioles. Ses fleurs blanc-rosé de type 5, apparaissent en avril-juin et en automne. Son fruit est une capsule subglobuleuse. D'habitat plutôt aquatique, le ményanthe croît sur tout type de terrain, de préférence siliceux ou argilo-calcaire. Il est répandu dans presque toute la France, rare dans les Pyrénées et absent dans le Midi. Hors de France, on le trouve dans certaines parties d'Europe, d'Asie, d'Amérique et au Groenland. Sa culture est possible par technique de bouturage. Sa récolte est préférable en début de floraison, mais varie selon les auteurs. Après récolte, le ményanthe se conserve par dessication. La Pharmacopée Française préconise l'utilisation de la feuille séchée de ményanthe en allopathie et de la plante entière fleurie fraîche pour les préparations homéopathiques. Les principaux composés chimiques du ményanthe sont les suivants : * des principes amers : sécoiridoides (foliamenthine, menthiafoline, dihydrofoliamenthine, sweroside), iridoïdes (loganine, traces d'hydroxyloganine) ; * lactones terpéniques ; * alcaloïdes monoterpéniques (gentianine, gentianidine, gentialutine, gentiabétine). Pour la gentianine, il est intéressant de constater que la méthode d'extraction de ce composé utilise l'ammoniaque. Et que par conséquent, on ne sait pas si la gentianine est un composé naturel ou un artéfact dû à l'ammoniaque ; * polyphénols : flavonoïdes (rutoside, hyperoside, trifolioside et autres flavonoïdes), acides phénols (acide férulique, acide caféique, acide chlorogénique, acide isochlorogénique, acide néochlorogénique), coumarines (scopolétine et coumarine) ; * tanins ; * composés divers (stérols, triterpènes, minéraux, vitamine C, acide folique, autres composés). Il existe peu de travaux pharmacologiques sur le ményanthe : et ils concernent principalement l'influence de ses principes amers sur la sphère digestive. Ces études ont permis de constater que le ményanthe stimule les sécrétions et la motricité digestives. Il augmente la sensibilité du système sympathique et diminue celle du système parasympathique. Il aurait également une action antimigraineuse, en particulier dans le cas de céphalées d'origine digestive. L'ancienneté de ces travaux pharmacologiques mériterait une réactualisation pour confirmer et préciser ces actions surtout pour l'action antimigraineuse. En allopathie, le ményanthe est un tonique amer. Mais les textes officiels ne lui attribuent que deux des indications parmi toutes celles que lui confère la médecine populaire : stimulant de l'appétit, facilitant de la prise de poids. Les autres indications de la médecine populaire sont les suivantes : stomachique, stimulant hépatobiliaire, antimigraineux (surtout dans les cas de céphalée post-prandiale), dépuratif, vermifuge, fébrifuge, emménagogue, antiscorbutique, mal de mer, traitement de l'hypotension artérielle, pathologique dermatologique, asthme et affections respiratoires. Cette disproportion entre les travaux pharmacologiques et le grand nombre de vertus thérapeutiques est étonnante. Et la réalisation d'autres travaux permettrait certainement d'augmenter le nombre des indications reconnues officiellement. Il existe un certain nombre de spécialités allopathiques et de préparations à base de ményanthe. En homéopathie, le ményanthe possède les indications majeures suivantes : migraine, spasmes musculaires, extrémités froides, névralgies, troubles digestifs. De même qu'en allopathie, il existe des spécialités homéopathiques. Il est curieux de remarquer l'existence d'indications analogues entre allopathie et homéopathie. Le ményanthe possède aussi quelques utilisations autres que celles citées précédemment : - En alimentation : fabrication de certains alcools (bières et liqueurs), consommation du rhizome comme légume, mélangé à la pâte à pain (dans certaines régions) ; - Dans l'environnement : nourriture des rennes, décoration des pièces d'eau, indicateur de pollution. Au terme de cette mise au point bibliographique concernant le ményanthe, il apparaît que les travaux de phytochimie permettent une bonne connaissance de la chimie de cette plante, et que par contre, dans le domaine de la mise en évidence des propriétés pharmacologiques, il conviendrait de préciser un certain nombre d'utilisations traditionnelles, telles que l'activité anti-migraineuse par exemple et d'autres...
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadatas

Cited literature [297 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02121280
Contributor : Jean-Hugues Morneau <>
Submitted on : Monday, May 6, 2019 - 2:47:07 PM
Last modification on : Wednesday, May 8, 2019 - 1:27:55 AM
Long-term archiving on : Thursday, October 10, 2019 - 2:42:00 AM

File

1990GRE17036_robert_nathalie(1...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02121280, version 1

Citation

Nathalie Robert. Le ményanthe : Menyanthes trifoliata L. (Ményanthacées). Sciences pharmaceutiques. 1990. ⟨dumas-02121280⟩

Share

Metrics

Record views

45

Files downloads

17