Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Euthanasie pour souffrance psychique : « schizophrénie » de la psychiatrie belge ?

Résumé : Introduction : depuis 2002, la Belgique dépénalise l’acte euthanasique en cas de « souffrance psychique, insupportable qui ne peut être apaisée et qui résulte d’une affection accidentelle ou pathologique grave et incurable ». Certains patients atteints de troubles psychiatriques ont pu accéder à l’euthanasie dans ces conditions fixées par la loi et hors contexte de fin vie. Cette possibilité divise les psychiatres en Belgique comme en France. Objectif : l’objectif de ce travail est d’étudier les conséquences d’une demande d’euthanasie par un patient atteint de trouble psychiatrique sur la relation avec son thérapeute. Méthode : cette étude s’appuie sur des textes de références concernant l’histoire de la relation médecin-malade en psychiatrie. Puis, concernant le contexte particulier d’euthanasie pour souffrance psychique, sur des témoignages de patients et de médecins concernés et des textes de loi. Enfin, les notions de souffrance psychique et de vulnérabilité sont étudiées selon un éclairage sociologique et psychologique. Résultats : à l’origine, la relation médecin-malade en psychiatrie est asymétrique avec un modèle paternaliste prédominant et se définit comme thérapeutique en elle-même. Le mouvement global d’autonomisation du patient a, entre autres, permis l’éclosion de multiples modèles de relation médecin-malade dans lesquels la parole du patient acquière de l’importance. La souffrance psychique est une notion plurielle que la société souhaite reconnaître et soulager. La mise en pratique de la loi pour l’euthanasie des personnes atteintes de souffrance psychique, de par le sens de l’acte, peut prendre la forme d’un suicide assisté. De plus, l’organisation autour de cette demande engendre un court-circuit de la relation médecin-malade. Par cette mort socialement acceptée, le patient quitte son statut de personne vulnérable. Le psychiatre lui, oscille entre éthique de conviction et éthique de responsabilité. Le décès de son patient est une rupture de la relation qui les unit, et vient marquer la défaillance du professionnel. Conclusion : cette situation extrême de l’euthanasie pour les patients atteints de troubles psychiatriques, délie les liens de la relation patient-psychiatre et place ce dernier dans une position de vulnérabilité.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadatas

Cited literature [86 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02352272
Contributor : Bu Sciences Upd5 <>
Submitted on : Wednesday, December 4, 2019 - 5:17:16 PM
Last modification on : Friday, March 27, 2020 - 2:45:46 AM
Long-term archiving on: : Thursday, March 5, 2020 - 12:17:15 PM

File

M1Ethique_GLAZ_Aziliz_DUMAS.pd...
Files produced by the author(s)

Licence


Distributed under a Creative Commons Attribution - NonCommercial - NoDerivatives 4.0 International License

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02352272, version 1

Citation

Aziliz Le Glaz. Euthanasie pour souffrance psychique : « schizophrénie » de la psychiatrie belge ?. Sciences du Vivant [q-bio]. 2019. ⟨dumas-02352272⟩

Share

Metrics

Record views

170

Files downloads

299