Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Effets secondaires rénaux chez les patients traités par immunothérapie par anti-PD1 pour mélanome métastatique : étude réalisée en vie réelle dans une cohorte de 239 patients

Résumé : Introduction : l’immunothérapie par anti-PD1 a transformé le pronostic des patients atteints de mélanome malin métastatique, mais peut s’accompagner d’effets secondaires immunologiques parfois sévères, dont de rares néphrites interstitielles aiguës. L’objectif de ce travail était d’évaluer l’incidence des évènements rénaux en « vie réelle » chez les patients traités par anti-PD1 de type Nivolumab et Pembrolizumab pour un mélanome métastatique. Méthode : il s’agit de l’étude rétrospective d’une cohorte de patients atteints de mélanome métastatique, traités par Nivolumab ou Pembrolizumab entre 2014 et 2018, identifiés via l’Onco-Pharmacologie de l’Assistance Publique des Hôpitaux de Marseille (France). Les patients traités par Ipilimumab (anti-CTLA4) ont été exclus. Tous les bilans biologiques réalisés à l’hôpital et en ville ont été analysés. L’insuffisance rénale aiguë (IRA) était définie par une augmentation de créatininémie d’au moins x 1.5 par rapport à la base de chaque patient. La survie globale, la survie sans IRA et l’impact de l’IRA sur la survie, ont été analysés. Des facteurs de risque de mortalité et d’IRA ont été identifiés. Résultats : nous avons inclus 239 patients avec des données exhaustives. La médiane de survie était de 13,4 mois (IC95% : 8.3-18.5). Au cours du suivi, 41 (17%) patients ont présenté au moins un épisode d’IRA (grade 1-2 pour la plupart des patients), dont un ayant nécessité la dialyse. Ces patients étaient plus souvent traités par inhibiteur du système rénine-angiotensine, en insuffisance rénale chronique (IRC), avaient reçu des doses cumulées supérieures d’anti-PD1 et avaient plus souvent reçu une ligne antérieure d’Ipilimumab que ceux sans IRA. La principale cause d’IRA était fonctionnelle (diarrhées). Seuls 4 (1,7%) patients ont présenté une néphrite interstitielle aiguë (NIA) ; seuls 8% des patients ont développé une IRC. En parallèle, 117 (52%) patients ont développé une toxicité immunologique non rénale. La survenue d’une IRA n’impactait pas la survie des patients (HR 1.26, p=0.32). En analyse multivariée, la mortalité était moindre en cas de surpoids ((HR 0.61, p=0.015 pour IMC entre 25-29,9kg/m²) et d’obésité (HR=0.52, p=0.04 pour IMC>30kg/m²). et supérieure chez les patients traités par inhibiteurs de la pompe à proton (IPP) (HR=1.825, p=0.005) et corticostéroïdes (HR=1.593, p=0.043). Conclusion : les épisodes d’IRA ne sont pas rares sous anti-PD1 mais sont le plus souvent fonctionnels, avec seulement 1,7% de NIA. Les évènements rénaux sont moins fréquents que les autres toxicités immunologiques. Les épisodes d’IRA n’impacteraient pas la survie globale des patients pris en charge pour mélanome métastatique. Le surpoids et l’obésité étaient protecteurs dans cette cohorte alors que les traitements par IPP et corticoïdes à l’initiation de l’immunothérapie étaient associés à une moindre survie.
Complete list of metadatas

Cited literature [64 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02362896
Contributor : Faculté de Médecine Amu <>
Submitted on : Thursday, November 14, 2019 - 10:15:41 AM
Last modification on : Wednesday, October 21, 2020 - 3:12:54 AM
Long-term archiving on: : Saturday, February 15, 2020 - 1:21:39 PM

File

STEIN these.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02362896, version 1

Collections

Citation

Claire Stein. Effets secondaires rénaux chez les patients traités par immunothérapie par anti-PD1 pour mélanome métastatique : étude réalisée en vie réelle dans une cohorte de 239 patients. Sciences du Vivant [q-bio]. 2019. ⟨dumas-02362896⟩

Share

Metrics

Record views

122

Files downloads

86