Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

État des lieux de la prise en charge des femmes en demande d’interruption volontaire de grossesse entre 12 et 14 semaines d’aménorrhée en Seine-Maritime et dans l’Eure en 2018

Résumé : Le parcours des femmes vis-à-vis des interruptions volontaires de grossesse (IVG) supérieures à 12 semaines d’aménorrhée (SA) et du corps médical les prenant en charge n’est toujours pas un long fleuve tranquille, depuis que le délai légal a été porté à 14 SA en 2001. C’est dans ce contexte que nous avons réalisé un état des lieux de la prise en charge des IVG dites tardives (entre 12 et 14 SA) en Seine-Maritime et dans l’Eure en 2018 à travers 4 études. La première étude nous a permis de cartographier la répartition de la réalisation des IVG tardives en Seine-Maritime et dans l’Eure. En 2018, 275 IVG tardives ont été réalisées, soit 7,1% des IVG totales. Tous les établissements ont réalisé des IVG supérieures à 12 SA, sauf un. Cependant, la répartition des prises en charge est inhomogène, avec des taux de réalisation d’IVG tardive par rapport au nombre total d’IVG par établissement allant de 0% à 13,7%. La deuxième étude s’intéressait aux femmes en demande d’IVG tardives, par le biais d’un questionnaire déposé dans les centres d’orthogénie. Le taux de retour a été de 20,4% (56 questionnaires sur 275 IVG tardives). Toutes les femmes sont concernées par l’IVG tardive, quel que soit leur âge et leur niveau socioéconomique. Certaines patientes de l’ échantillon ont eu un parcours compliqué pour pouvoir interrompre légalement leur grossesse. La troisième étude rapporte le ressenti et les pratiques des médecins gynécologues de la région, par le biais d’un questionnaire. 28 médecins ont donné leur avis. La plupart des praticiens se sentent impliqués dans l’amélioration de la prise en charge des IVG tardives. Ils sont favorables à l’initiative d’une formation dédié, puisque certains éprouvent des difficultés à la réalisation ou à l’organisation desdites IVG dans leur service. La quatrième étude interroge 26 internes en gynécologie. Ils sont impliqués et motivés dans la prise en charge des IVG, mais nous mettons en avant un défaut de formation plus marqué pour les IVG tardives par rapport aux IVG en général. Au total, des axes d’amélioration sont proposés pour améliorer la prise en charge des IVG tardives en Seine-Maritime et dans l’Eure : instaurer la technique médicamenteuse jusqu’à 14 SA dans tous les centres, proposer une formation complémentaire pour les médecins et les internes, créer des postes de praticiens hospitaliers à temps partiel dédiés à la réalisation d’IVG chirurgicales, discuter de la suggestion d’allonger le délai légal à 16 SA, et enfin s’appuyer sur les autorités de santé pour approfondir l’approche qualitative de la prise en charge des femmes en demande d’IVG tardive par le biais d’enquêtes spécifiques.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadatas

Cited literature [104 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02387342
Contributor : Bibliothèque Santé <>
Submitted on : Friday, November 29, 2019 - 4:48:28 PM
Last modification on : Tuesday, October 20, 2020 - 10:52:27 AM

File

Gerbron Emilie.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02387342, version 1

Citation

Émilie Gerbron. État des lieux de la prise en charge des femmes en demande d’interruption volontaire de grossesse entre 12 et 14 semaines d’aménorrhée en Seine-Maritime et dans l’Eure en 2018. Médecine humaine et pathologie. 2019. ⟨dumas-02387342⟩

Share

Metrics

Record views

90

Files downloads

103