Endocardites infectieuses et soins intensifs : étude des facteurs de mauvais pronostic intra-hospitalier à l'admission - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2019

Endocardites infectieuses et soins intensifs : étude des facteurs de mauvais pronostic intra-hospitalier à l'admission

Abstract

Introduction : L’endocardite infectieuse (EI) est une maladie rare mais grave, avec une mortalité intra hospitalière de 10 à 20% selon les études. Identifier les facteurs de mauvais pronostic intra-hospitalier est primordial pour décider dès l’entrée du patient s’il relève ou non d’une surveillance télémétrée aux soins intensifs (SI) en attendant sa stabilisation par antibiothérapie ou chirurgie. Objectif : Déterminer les facteurs de mauvais pronostic intra-hospitalier des EI et étudier comparativement les caractéristiques cliniques, échographiques, biologiques et la prise en charge chirurgicale des patients qui ont nécessité une prise en charge aux SI au reste de la cohorte. Matériels et méthode : Il s’agit d’une étude d’une cohorte rétrospective mono-centrique de 2014 à 2017 avec comme critère de jugement principal la morbi-mortalité intra-hospitalière. Résultats : 433 patients avec une EI certaine ont été inclus consécutivement. 112 patients ont présenté des complications graves, dont 38 en sont décédés (9%). L’analyse univariée a mis en évidence les facteurs de mauvais pronostic suivant : cancer/immunodépression (OR : 2,61 ; P value : 0,004), insuffisance cardiaque (OR : 1,77 ; P value 0,031), anévrisme mycotique intra crânien (OR : 4,86 ; P value 0,001), AVC symptomatique (OR : 2,03 P value 0,042); végétation de plus de 15 mm (OR : 2,03 ; P value : 0,004); complication péri annulaire aortique (OR : 2,33 ; P value : 0,002), insuffisance aortique sévère (OR : 2,03 ; P value : 0,004), désinsertion de prothèse (OR : 7,41 ; P value : 0,014), taux de CRP > 100 mg/ml (P value : 0,001), et de BNP > 300ng/ml (P value : 0,001). Les facteurs de risque indépendants après analyse multivariée étaient : les anévrismes mycotiques (OR 5,69), les végétations de plus de 15 mm (OR : 1,86), la désinsertion de prothèse (OR : 6,94), la CRP > 100 mg/L (OR : 2,38) et le BNP > 300 ng/ml (OR : 3,02). Conclusion : Notre étude a permis de mettre en évidence les facteurs de morbi-mortalité intra-hospitalière chez les patients atteints d’EI. Il serait intéressant de les utiliser au sein d’un score décisionnel d’hospitalisation en SI.
Fichier principal
Vignette du fichier
THESE MARTEL 171019.pdf (2.04 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)
Loading...

Dates and versions

dumas-02390472 , version 1 (03-12-2019)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02390472 , version 1

Cite

Hélène Martel. Endocardites infectieuses et soins intensifs : étude des facteurs de mauvais pronostic intra-hospitalier à l'admission. Sciences du Vivant [q-bio]. 2019. ⟨dumas-02390472⟩
137 View
216 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More