Syndrome du petit pectoral après prothèse totale d’épaule inversée : une étude anatomique - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2019

Syndrome du petit pectoral après prothèse totale d’épaule inversée : une étude anatomique

Abstract

L’arthroplastie inversée d’épaule modifie l’anatomie gléno-humérale et influence ainsi la dynamique péri-scapulaire avec notamment une modification du rythme scapulo-huméral et une participation plus importante de l’articulation scapulo-thoracique dans les mouvements d’élévation du membre supérieur. Parmi les complications postopératoires des arthroplasties totales d’épaule, les troubles neurologiques sont plus fréquents après les arthroplasties inversées qu’après les arthroplasties anatomiques. La principale étiologie décrite spécifique des arthroplasties inversées pouvant expliquer cette différence de fréquence est l’allongement du membre inhérent au dessin de la prothèse inversée. Notre hypothèse était que le recrutement plus important de l’articulation scapulo-thoracique puisse être responsable d’une majoration dynamique de la tension du muscle petit pectoral et ainsi d’une majoration de la pression que ce dernier exerce sur le plexus brachial sous-jacent réalisant un syndrome du petit pectoral.
MATERIEL ET METHODES
Nous avons mené une étude anatomique afin de mesurer la force exercée par le muscle petit pectoral sur le plexus brachial lors du test de Ross avant puis après mise en place d’une prothèse totale inversée d’épaule et enfin après ténotomie du petit pectoral au raz de son insertion sur le processus coracoïde.
RESULTATS
Notre étude a porté sur 11 épaules. La force exercée par le muscle petit pectoral sur le plexus brachial était significativement plus élevée après la mise en place de l’arthroplastie : 2,40 ± 0,96 N vs 4,26 ± 2,09 N (p < 0,001). Après ténotomie, cette force était significativement diminuée, à la fois par rapport à celle exercée sur le plexus brachial après l’arthroplastie (0,92 ± 0,64 N vs 4,26 ± 2,09 N (p < 0,004)) mais également par rapport à celle précédent cette arthroplastie (0,92 ± 0,64 N vs 2,40 ± 0,96 N (p < 0,001)).
CONCLUSION
Notre étude suggère que les arthroplasties inversées d’épaules pourraient être responsables d’une majoration dynamique de la pression exercée par le muscle petit pectoral sur le plexus brachial sous-jacent réalisant un syndrome du petit pectoral. Ce dernier pourrait être une étiologie, spécifique de ce type d’arthroplastie, responsable de douleurs thoraciques antérieures ainsi que de troubles neurologiques postopératoires du membre supérieur notamment dans le cadre d’un « double crush syndrome ».
Fichier principal
Vignette du fichier
OLLIVIER Jean-Edern.pdf (20.68 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)
Loading...

Dates and versions

dumas-02390712 , version 1 (03-12-2019)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02390712 , version 1

Cite

Jean-Edern Ollivier. Syndrome du petit pectoral après prothèse totale d’épaule inversée : une étude anatomique. Médecine humaine et pathologie. 2019. ⟨dumas-02390712⟩
371 View
14 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More