Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

La dénutrition influence-t-elle l’efficacité de l’immunothérapie chez les patients traités pour un cancer broncho-pulmonaire non à petites cellules?

Résumé : La dénutrition est un phénomène fréquent en oncologie, elle est un facteur pronostique péjoratif et diminue l’efficacité de la chimiothérapie et de la radiothérapie. L’effet de la dénutrition sur l’efficacité de l’immunothérapie a été peu étudié. L’objectif principal de notre étude est d’évaluer l’effet de la dénutrition sur la réponse à l’immunothérapie par anticorps anti-PD1/PD-L1 dans le cancer broncho-pulmonaire non à petites cellules (CBNPC).
Matériels et méthodes
Nous avons mené une étude rétrospective au sein du service de pneumologie du CHU de Rouen, incluant des patients traités par immunothérapie par anticorps anti-PD1/PD-L1 pour CBNPC. Un patient était considéré comme dénutri s’il présentait au moins un des critères suivants : Indice de masse corporelle < 18.5kg/m², perte de poids de 5% en 3 mois ou perte de poids de 10% sans notion de durée. Le critère de jugement principal était le taux de progression tumorale comme meilleure réponse à l’immunothérapie selon les critères RECIST v1.1. Les critères secondaires étaient la survie sans progression, la survie globale et les toxicités induites par l’immunothérapie.
Résultats
Cent cinquante-deux patients ont été inclus, dont 51 (34%) étaient dénutris. Cinquante-et-un patients étaient traités en première ligne par immunothérapie, dont 21 (41%) patients dénutris. Dans la population totale, 33% des patients dénutris avaient une progression comme meilleure réponse tumorale, contre 30% parmi les patients non dénutris (OR : 1,32 [0,4 – 4,08], p = 0,6). Les médianes de survie sans progression et de survie globale étaient de 8,0 mois en cas de dénutrition contre 6,7 (HR = 1,06 [0,7 – 1,6], p=0,79) et de 42,8 mois contre 22,9 (HR = 0,8 [0,43 – 1,36], p = 0,44) respectivement. Dans la population traitée en première ligne le taux de progression comme meilleure réponse tumorale était de 29% dans le groupe dénutris contre 30% (OR : 1,0 [0,13 – 7,89], p = 0,99). La médiane de survie sans progression était de 18,3 mois chez les patients dénutris contre 7 (HR = 0,69 [0,31 – 1,55], p = 0,36). La médiane de survie globale n’était pas atteinte dans les deux groupes. Trente (19,7%) de l’ensemble des patients ont présenté un effet indésirable de grade ≥3. Ce pourcentage était de 23,5% dans le groupe dénutris et de 17,8% dans le groupe dénutri (p = 0.54)
Conclusion
Notre étude ne met pas en évidence d’impact de la dénutrition sur l’efficacité de l’immunothérapie par anticorps anti-PD1 dans le cancer broncho-pulmonaire non à petites cellules.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadatas

Cited literature [119 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02397761
Contributor : Bibliothèque Santé <>
Submitted on : Friday, December 6, 2019 - 4:35:40 PM
Last modification on : Friday, October 23, 2020 - 4:46:28 PM
Long-term archiving on: : Saturday, March 7, 2020 - 5:36:06 PM

File

Demontron_Pierre.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02397761, version 1

Citation

Pierre Demontrond. La dénutrition influence-t-elle l’efficacité de l’immunothérapie chez les patients traités pour un cancer broncho-pulmonaire non à petites cellules?. Médecine humaine et pathologie. 2019. ⟨dumas-02397761⟩

Share

Metrics

Record views

25

Files downloads

91