Réduction de l'impact écologique imputable aux gaz d'anesthésie au CHU de Bordeaux - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2019

Reduction of anesthesia induced ecological impact in Bordeaux University Hospital

Réduction de l'impact écologique imputable aux gaz d'anesthésie au CHU de Bordeaux

Abstract

Background: volatile agents are worldwide daily used anesthesic agents. However, they are responsible for notorious greenhouse gas effect. No management program for reduction of volatile agents consumption and emission exists. The purpose of this study was to determine the effect of the implementation of a management program based on a multimodal strategy to reduce environmental impact caused by volatile agents. Methods: we performed an audit of clinical practice before and after implementation of the management program. This program was based on a three-stage strategy. Firstly, we prospectively evaluated professional practice regarding halogenated agents managements (phase I). Secondly, we implemented the protocol. And finally, we assessed professional practice again (after implementation) and compared the results with those of the first part (phase II). 350 procedures were included in Phase I and 420 in Phase II. We hypothesize! d that the management program implementation would lead to a reduction of greenhouse gas emission. The primary outcome was the reduction of mean fresh gas flow (FGF) used for maintenance of general anesthesia. Results: the implementation of the management program led to a 35% decrease in mean FGF between the two phases (1.7 ± 1.6 L/min vs 1.1 ± 0.8 L/min for Phase I and Phase II respectively, p <0.001) which represented a 51 542 kg EqCO2 reduction in green-house gas emission. Conclusion: the implementation of a management program for a well-reasoned use of volatile agents led to a significant reduction of greenhouse gas emission. This type of action should be undertaken to minimize the adverse effect of anesthesia on the environment.
Introduction : l’entretien de l’anesthésie générale (AG) est réalisé le plus souvent sur un mode inhalatoire (1). Ce choix, basé sur des avantages cliniques, ne prend pas du tout en compte l’impact écologique (2–5). Pourtant les professionnels de santé exerçant dans le domaine de l’anesthésie sont en première ligne pour diminuer la pollution des blocs opératoires notamment en réduisant, dès aujourd’hui, l’impact écologique des gaz d’anesthésie, halogénés et protoxyde d’azote (N20), classés comme gaz à effet de serre (GES) (6–11) par l’utilisation raisonnée des débits de gaz frais (DGF) et par le choix judicieux de ces agents inhalés (9,10). Nous avons conduit une évaluation des pratiques professionnelles incluant la diffusion d’un protocole de bonne pratique d’utilisation des gaz d’anesthésie. L’objectif principal du travail est de réduire le coût écologique de l’anesthésie inhalée au CHU de Bordeaux. Matériels et méthodes : nous avons conduit une étude avant-après entre la période février-avril 2017 (phase I) et février-avril 2018 (phase II), de façon monocentrique, prospective et observationnelle. Les données, recueillies en aveugle, concernaient les modalités de ventilation mécanique et les consommations d’halogénés de l’ensemble des blocs opératoire du CHU de Bordeaux. Entre l’évaluation avant-après, avait lieu une phase d’amélioration et de retour sur expérience s’adressant à tout le personnel médical et paramédical exerçant dans le domaine de l’anesthésie au moyen de fiches mémos, mails d’informations et réunions scientifiques ainsi que la diffusion d’un protocole d’utilisation raisonnée des agents halogénés. Le critère de jugement principal était le DGF moyen utilisé pour l’entretien de l’anesthésie. Une analyse de régression logistique était prévue pour rechercher les facteurs associés à un réglage du DGF pour l’entretien > 2L/min. Résultats : 770 procédures d’anesthésie ont été étudiées (350 de février à avril 2017, 420 de février à avril 2018). Le DGF moyen réglé pour l’entretien de l’anesthésie générale est passé de 1.7 ± 1.6 L/min à 1.1 ± 0.8 L/min entre les phases I et II soit une réduction de 35% (p <0,001). Entre la phase I et la phase II, il n’y avait pas de différence significative dans l’utilisation du mode AINOC pour l’entretien de l’anesthésie (48% des cas (66/136 interventions) vs 57% des cas (122/212 interventions), p = 0,09). Comparée à la phase 1, la consommation en agents d’anesthésie était réduite de 23% pour le sevoflurane et de 36% pour le desflurane lors de la phase II ce qui représentait une réduction d’émission en gaz à effet de serre équivalente à 51 542 kgEqCO2. En analyse multivariée, seul l’entretien de l’anesthésie sur un mode total intraveineux était associé à un réglage du DGF moyen supérieur à 2L/min. Conclusion : l’élaboration d’un protocole d’utilisation raisonnée des agents halogénés permet de réduire le coût carbone de l’anesthésie. La prise en compte de l’impact écologique de l’anesthésie est aujourd’hui obligatoire et justifie la poursuite de la formation des professionnels.
Fichier principal
Vignette du fichier
Med_spe_2019_Gress.pdf (822.07 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)
Loading...

Dates and versions

dumas-02418197 , version 1 (18-12-2019)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02418197 , version 1

Cite

Gauthier Gress. Réduction de l'impact écologique imputable aux gaz d'anesthésie au CHU de Bordeaux. Sciences du Vivant [q-bio]. 2019. ⟨dumas-02418197⟩
279 View
885 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More