Uvéites non infectieuses : étude des facteurs prédictifs d’échec du traitement immunosuppresseur conventionnel - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2019

Non-infectious uveitis: predictive factors of methotrexate or mycophenolate mofetil treatment failure

Uvéites non infectieuses : étude des facteurs prédictifs d’échec du traitement immunosuppresseur conventionnel

Abstract

Purpose: methotrexate and mycophenolate mofetil are the corticosteroid-sparing agents most currently prescribed in patients with non-infectious non-anterior uveitis. Recently other treatments such as anti-TNFα have been approved. The aim of this study is to identify the predictors of methotrexate and mycophenolate mofetil treatment failure within the year after their introduction. Methods: this is a retrospective monocentric study including patients with non-anterior non- infectious uveitis treated with methotrexate or mycophenolate mofetil between 2010 and 2018. Demographic, therapeutic, immunological and ophthalmological data were collected at the introduction of immunosuppressive treatment. Results: 95 eyes were included, 60 eyes (63%) responded to treatment while 35 eyes (37%) were considered as treatment failure. In multivariate analyses, the independent risk factors of failure one year after introducing immunosuppressive treatment were: posterior uveitis (OR=6.49 ; 95% CI, 1.90-22.20) and macular thickness over 350 microns (OR=4.57 ; 95% CI, 1.53-13.65). Conclusions: patients with posterior uveitis and macular thickness over 350 microns are most at risk of standard immunosuppressive treatment failure with methotrexate or mycophenolate mofetil. This should lead to discuss the prescription of anti-TNFα when a non-steroid systemic immunomodulatory treatment is required for these patients.
Objectif : chez les patients atteints d’uvéite non antérieure et non infectieuse, le méthotrexate et le mycophénolate mofétil sont les traitements d’épargne cortisonique les plus fréquemment utilisés. D'autres traitements tels que les anti-TNFα ont récemment été approuvés. L’objectif de cette étude est d’identifier les facteurs prédictifs d’échec du méthotrexate et du mycophénolate mofétil dans l’année suivant leur introduction. Méthodes : il s’agit d’une étude rétrospective monocentrique incluant les patients traités par méthotrexate ou mycophénolate mofétil en raison d’une uvéite non antérieure et non infectieuse entre 2010 et 2018. Des données démographiques, thérapeutiques, immunologiques et ophtalmologique été collectées à l’introduction du traitement immunosuppresseur. Résultats : 95 yeux ont été inclus dans l’étude, 60 yeux (63%) ont répondu au traitement tandis que 35 yeux (37%) étaient en échec de traitement à un an. En analyse multivariée, les facteurs prédictifs d’échec du traitement étaient : l’atteinte postérieure (OR=6.49 ; 95% CI, 1.90-22.20) et l’épaisseur maculaire supérieure à 350 microns (OR=4.57 ; 95% CI, 1.53-13.65). Conclusion : les patients présentant une uvéite postérieure avec épaisseur maculaire supérieure à 350 microns sont à risque d’échec du traitement immunosuppresseur conventionnel par méthotrexate ou mycophénolate mofétil. Ceci doit faire discuter, chez ces patients, la prescription d’un anti-TNFα lorsqu’un traitement immunosuppresseur non stéroïdien est indiqué.
Fichier principal
Vignette du fichier
Med_spe_2019_Prot-Leurent.pdf (1.11 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)
Loading...

Dates and versions

dumas-02433726 , version 1 (09-01-2020)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02433726 , version 1

Cite

Camille Prot-Leurent. Uvéites non infectieuses : étude des facteurs prédictifs d’échec du traitement immunosuppresseur conventionnel. Sciences du Vivant [q-bio]. 2019. ⟨dumas-02433726⟩
84 View
568 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More