Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Habiter la rénovation urbaine : approche dynamique par les continuités communautaires à Malakoff

Résumé : Depuis 2003, la rénovation urbaine des quartiers de grands ensembles est devenue le principal outil d’action sur les quartiers d’habitat social hérités des années 1960 à 1970. Cependant, cette politique repose sur l’idée d’une normalisation urbaine, esthétique et sociale de ces quartiers par des opérations de démolition-reconstruction, le réaménagement des espaces publics ou encore par une meilleure connexion du quartier au reste des espaces urbains, qui reste très critiquée par le monde universitaire, notamment. Ces changements profonds et parfois brutaux peuvent entraver, perturber voire empêcher l’affirmation de modes d’habiter en vigueur dans ces quartiers. C’est pourquoi, en m’appuyant sur l’exemple du quartier de Malakoff à Nantes, j’ai voulu montrer que les habitants sont de véritables acteurs produisant les lieux et, par extension, leur quartier par le biais de production d’actes de résistance par l’habiter afin de garantir une continuité de l’habiter dans ce contexte spécifique. En effet, ce n’est pas parce que l’on change les lieux, que les actes de quotidienneté, que les habitudes vont s’y conformer. Ces modes d’habiter préservent malgré tout leurs caractères essentiels mais ne sont pas conservateurs puisqu’ils peuvent évoluer dans l’optique d’intégrer de nouvelles ressources bénéfiques. Cependant, les continuités de l’habiter ont été mises en avant dans le travail de thèse de Matthieu Giroud (2007) et malgré des contextes d’études similaires, ne suffisent par pour appréhender les réactions des habitants au changements. C’est pourquoi, j’ai choisi de parler de continuités communautaires. En effet, les quartiers de grands ensembles, ainsi que Malakoff, sont le cadre de nombreux regroupements entre pairs, en raison de la grande hétérogénéité des populations, que l’on peut qualifier de communauté si l’on s’aligne sur la définition donnée dans le cadre des communities studies anglo-saxonnes. Cette approche n’est pas une tentative de distinction entre les différents habitants puisque ces derniers peuvent faire partie de plusieurs communautés à la fois, mais plutôt un outil afin d’avoir une compréhension plus juste des dynamiques sociales à l’œuvre durant la rénovation urbaine du quartier. Pour ce faire, j’ai mené une enquête de trois mois principalement qualitative avec des observations sociologiques non-participantes, des parcours commentés ou encore des ateliers cartographiques afin de révéler les différents modes d’habiter dans une perspective dynamique. Cette enquête a permis de démontrer que les modes d’habiter communautaires, ainsi que le régime d’habiter de Malakoff font preuve d’une inertie particulière que l’on peut qualifier de continuités communautaires.
Complete list of metadatas

Cited literature [103 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02439367
Contributor : Ufr Sciences Sociales Rennes 2 <>
Submitted on : Tuesday, January 14, 2020 - 3:44:01 PM
Last modification on : Friday, October 23, 2020 - 4:52:27 PM
Long-term archiving on: : Wednesday, April 15, 2020 - 7:19:17 PM

File

2018_memoire_STEINDORSSON_M.pd...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02439367, version 1

Citation

Maximilien Steindorsson. Habiter la rénovation urbaine : approche dynamique par les continuités communautaires à Malakoff. Sciences de l'Homme et Société. 2018. ⟨dumas-02439367⟩

Share

Metrics

Record views

87

Files downloads

225