Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Le porte-parole ministériel : donner corps à l'institution : le cas du ministère de l'Intérieur

Résumé : Ce travail s’intéresse à une profession encore peu étudiée du fait de son essor récent dans l’administration française : le porte-parole ministériel. Une figure qui incarne la porosité entre communication institutionnelle et politique et dont la propension à essaimer dans divers ministères régaliens en fait un objet de recherche intellectuellement stimulant.
L’étude est centrée sur la figure de Pierre-Henry Brandet, porte-parole du ministère de l’Intérieur. Sa pratique est confrontée à celles des trois autres porte-paroles de ministères français ainsi qu’à l’expérience précédente de Gérard Gachet au porte-parolat de la place Beauvau. Deux corpus viennent préciser et objectiver l’observation participante permise par notre statut d’apprentie à la DICOM. Il s’agit d’abord d’entretiens semi-directifs avec les porte-paroles et leurs principaux interlocuteurs - les journalistes. Nous analysons ensuite les prises de parole dans les médias du porte-parole du ministère de l’Intérieur sur une période donnée.
La problématique de départ pose la question de l’influence des médias et des revendications sociétales sur la communication des ministères. Il apparaissait à première vue que l’instauration d’un porte-parole ministériel venait en réponse à ces contraintes externes, dans une logique d’adaptation réactive. L’analyse que nous avons développée propose plutôt de réintégrer la dimension stratégique et volontariste : ce nouveau type de communicant est aussi conçu pour servir les intérêts de l’institution et du décideur politique. En outre, l’omniprésence dans les médias de Pierre-Henry Brandet et les retours positifs des journalistes sur son action, auraient pu en faire le parangon du porte-parole ministériel. Nous avons tenté de dresser un descriptif du poste afin de définir des caractéristiques partagées et de proposer des « best practices » à généraliser. Cependant, il faut garder à l’esprit que le porte-parole doit avant tout être doté d’une grande flexibilité et s’adapter aux spécificités de son institution. Notre étude dépeint un porte-parole très dépendant de la personnalité du ministre comme de l’organisation et des champs de compétences de son ministère. La généralisation d’un profil-type qui ne tiendrait pas compte de ces particularismes apparaît largement improductive.
Des recherches ultérieures pourraient s’intéresser à la réception dans l’opinion, de cette parole au ton plus familier et au visage se voulant rassurant. En outre, la comparaison avec les modèles étrangers, notamment ceux plus institutionnalisés des « agency spokespersons », de même qu’une réflexion sur l’impact du porte-parole sur la presse écrite apporteraient des éclairages intéressants.
Dans nos démocraties d’opinion, la parole de nos institutions est un véritable outil qui peut escorter ou conjurer les perceptions de menaces propres à une société du risque. L’administration doit donc poursuivre son adaptation et prendre la mesure des nouveaux enjeux qui se dessinent pour la communication publique.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadatas

Cited literature [165 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02462806
Contributor : Clara Musy <>
Submitted on : Friday, January 31, 2020 - 3:14:06 PM
Last modification on : Tuesday, April 14, 2020 - 10:07:31 AM
Long-term archiving on: : Friday, May 1, 2020 - 3:55:09 PM

File

HUBERT Anna_DUMAS.pdf
Files produced by the author(s)

Licence


Copyright

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02462806, version 1

Citation

Anna Hubert. Le porte-parole ministériel : donner corps à l'institution : le cas du ministère de l'Intérieur. Sciences de l'information et de la communication. 2017. ⟨dumas-02462806⟩

Share

Metrics

Record views

45

Files downloads

28