Acceptation du suivi alterné médecin généraliste / médecin spécialiste hospitalier chez les patients sous PrEP (prophylaxie pré-exposition au VIH) : enquête dans 3 centres en Gironde - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2019

Acceptance of alternate follow-up with generalist-specialist physicians, in patients having a PrEP-use. Investigation in three PrEP prescribing clinics in Gironde, France

Acceptation du suivi alterné médecin généraliste / médecin spécialiste hospitalier chez les patients sous PrEP (prophylaxie pré-exposition au VIH) : enquête dans 3 centres en Gironde

Abstract

Introduction - The reduction or even disappearance of HIV infection in France and worldwide remains a major public health issue. The means of prevention are increasing, with in particular since 2015 the introduction in France of PrEP or prophylaxis preexposure to HIV. This prevention tool, a treatment targeting HIV, can be renewed by the attending physician (MT), after initiation in a specialized environment (hospital or CeGIDD). We wanted to explore the quality of the relationship of patients taking PrEP with their own treating doctor, and to consider the possibility of alternate monitoring. We therefore wanted to determine the main obstacles and reluctance regarding the application of this alternating monitoring. Material and method - Our multicenter study, carried out from April to July 2019, was based on a paper questionnaire distributed in 3 PrEP consultation centers in Gironde, targeting the population on PrEP and exploring the concept of acceptability of alternating PrEP monitoring with their attending physician, as well as various aspects of their relationship (especially whether or not mention of their sexual orientation). Results - The 142 participants had TM in 90.8% of the cases, and for 79.2% of them, the MT was informed of their sexual orientation. Among the 130 participants with TM, 55.4% would accept alternate PrEP follow-up, including 50.8% with their treating physician, and 4.6% with another general practitioner. Patients who used their TM for a problem related to their sexual health were more favorable to alternating follow-up than the others (79.2% and 56.9% respectively, p <0.01). The main obstacles found were the desire to be followed by specialists in STIs and HIV, the practical aspect of the centers, combining consultations and screenings, and the fact of seeing their TM only too rarely. Conclusion - A majority of patients requesting PrEP seem to be in favor of alternate monitoring, which would satisfy the high demand for PrEP treatment in hospitals and CeGIDD, which has been constantly increasing since its introduction in late 2015.
Introduction – La diminution voire la disparition de l'infection par le VIH en France et dans le monde reste un enjeu majeur de santé publique. Les moyens de prévention augmentent, avec notamment depuis 2015 l'introduction en France de la PrEP ou prophylaxie préexposition au VIH. Cet outil de prévention, traitement ciblant le VIH, peut être renouvelé par le médecin traitant (MT), après initiation en milieu spécialisé (hôpital ou CeGIDD). Nous avons souhaité explorer la qualité de la relation des patients sous PrEP avec leur propre médecin traitant, et d'envisager la possibilité d'un suivi alterné. Nous avons ainsi voulu déterminer les principaux freins et réticences quant à l'application de ce suivi alterné. Matériel et méthode – Notre étude, multicentrique, réalisée d'avril à juillet 2019, reposait sur un questionnaire papier distribué dans 3 centres de consultation PrEP en Gironde, ciblant la population sous PrEP et explorant la notion d'acceptabilité d'un suivi alterné PrEP avec leur médecin traitant, ainsi que différents aspects de leur relation (notamment si mention ou non de leur orientation sexuelle). Résultats – Les 142 participants avaient un MT dans 90,8% des cas, et pour 79,2 % d'entre eux, le MT était informé de leur orientation sexuelle. Parmi les 130 participants ayant un MT, 55,4 % accepteraient un suivi alterné PrEP, dont 50,8 % avec leur médecin traitant, et 4,6 % avec un autre médecin généraliste. Les patients ayant eu recours à leur MT pour un problème en lien avec leur santé sexuelle étaient davantage favorables au suivi alterné que les autres (respectivement 79,2% et 56,9%, p<0,01). Les principaux freins retrouvés étaient la volonté d'être suivi par des spécialistes des IST et du VIH, l'aspect pratique des centres, alliant consultations et dépistages, et le fait de ne voir que trop rarement leur MT. Conclusion – Une majorité des patients demandeurs de PrEP semble favorable à un suivi alterné, ce qui permettrait de satisfaire la forte demande de prise en charge PrEP dans les centres hospitaliers et CeGIDD, en perpétuelle hausse depuis son instauration fin 2015.
Fichier principal
Vignette du fichier
Med_generale_2019_Sacal.pdf (2.68 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)
Loading...

Dates and versions

dumas-02484428 , version 1 (19-02-2020)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02484428 , version 1

Cite

Mathieu Sacal. Acceptation du suivi alterné médecin généraliste / médecin spécialiste hospitalier chez les patients sous PrEP (prophylaxie pré-exposition au VIH) : enquête dans 3 centres en Gironde. Médecine humaine et pathologie. 2019. ⟨dumas-02484428⟩
143 View
392 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More