Penser le territoire en partage : étude des interactions hommes-ours en estive (vallée du Biros, Ariège) - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2019

Penser le territoire en partage : étude des interactions hommes-ours en estive (vallée du Biros, Ariège)

Abstract

Reintroductions of great predators often reveal social and cultural cleavages within the territories concerned. These situations are often approached in a "client" way, by opposing the pros and cons with no real analysis of the fundamentals of individual positions. It is also rare for alternative voices to really be those that carry the most. They are often concealed by the virulence of the discussions. The positions for and against hide a diversity of points of view and opinions that cannot be understood unless they are taken into their proper context. Pastoralism is the first to be concerned by reintroductions, as the territories of men and territories of bear overlap and become in constant interaction. This study adopts an analytical approach in order to understand how the return of the bear is symbolized in the discourse of the pastoral actors and how the presence of bears impacts the mountain pasture’s practice. The adopted ethnographic approach will therefore question the positioning, decision-making and actions implemented by placing women and men at the core of their territory. It appears that the reintroduced bear is an indicative of different conceptions of what should be done of the mountain territory. Even if the validity of human action on the natural environment, whatever it is, remains to be questioned. Actors who reintroduce the bear are at the core of the critics and not the ursine species itself. On the contrary, there is an attempt to territorial negotiations with the latter. This requires the implementation of methods of protection, whose application and effectiveness are argued by the constitution of an anthology of local knowledge. In fact, the mountain pasture cannot be understood by decontextualizing the elements that define it: the role of the shepherd, the behavior of the herd, the behavior of the dogs, the topographic elements, the meteorological factors, etc. All these elements shape a system in which the bear adds a further layer of complexity.
Les actions de réintroductions de grands prédateurs révèlent souvent des fractures sociales et culturelles au sein des territoires concernés. Ces situations sont souvent abordées de manière « cliente », en opposant les pour et les contre sans réelles analyses des fondements de ces positionnements. Il est d’ailleurs rare que les voies alternatives soient réellement celles qui portent le plus. Elles sont souvent masquées par la virulence du débat. Les positions pour et anti cachent en fait une diversité de points de vue et d’opinions qui ne peuvent être compris s’il ne sont pas replacés dans leur contexte. Le monde du pastoralisme est le premier touché par les actions de réintroduction, car territoires des hommes et territoires de l’ours se chevauchent et deviennent en constante interaction. Cette étude se propose d’adopter une démarche analytique afin de comprendre comment le retour de l’ours se symbolise dans le discours des acteurs pastoraux et ce qu’il implique dans la pratique de l’estive. L’approche anthropo-sociologique adoptée va donc questionner les positionnements, les prises de décisions, les actions mise en oeuvre en replaçant les femmes et les hommes au coeur de leur territoire. Il apparaît alors que l’ours réintroduit devient le révélateur de différentes conceptions de ce qui devrait être fait du territoire montagnard. Quand bien même le bien-fondé de l’action humaine sur le milieu naturel, quel qu’il soit, reste toujours à questionner. Ce sont les acteurs qui réintroduisent l’ours qui sont au coeur des critiques et non l’espèce ursine en elle-même. Au contraire, il se dessine une tentative de négociation territoriale avec cette dernière. Celle-ci passe par la mise en oeuvre de moyens de protection, dont l’application et l’efficacité sont argumentées par la constitution d’un registre de savoirs situés. De fait, l’estive ne peut être comprise en la décontextualisant des éléments qui la définisse : le rôle du berger, le comportement du troupeau, le comportement des chiens, les éléments topographiques, les facteurs météorologiques, etc. Le tout forme un système dans lequel l’ours vient ajouter une strate supplémentaire de complexité.

Domains

Geography
Fichier principal
Vignette du fichier
Anne-Lise_Pivot.pdf (4.07 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)
Loading...

Dates and versions

dumas-02485504 , version 1 (14-05-2020)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02485504 , version 1

Cite

Anne-Lise Pivot. Penser le territoire en partage : étude des interactions hommes-ours en estive (vallée du Biros, Ariège). Géographie. 2019. ⟨dumas-02485504⟩
70 View
204 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More