Évaluation des pratiques de la corticothérapie anténatale : étude rétrospective portant sur 307 patientes ayant accouché avant 32 semaines d'aménorrhées au CHU de bordeaux pendant 2 ans - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2019

Retrospective study of 307 patients who delivered before 32 weeks of gestation at Bordeaux University Hospital for two years

Évaluation des pratiques de la corticothérapie anténatale : étude rétrospective portant sur 307 patientes ayant accouché avant 32 semaines d'aménorrhées au CHU de bordeaux pendant 2 ans

Abstract

Objectives: to evaluate the protocol of Antenatal Corticosteroids (ACS) for fetal maturation in relation with the recommandations of CNGOF of 2016 which preconize a single course of ACS in situation at risk of preterm delivery. Method: retrospective unicentric study, between January 2017 and December 2018 at the Centre Aliénor d’Aquitaine, maternity hospital of the Bordeaux University Hospital, evaluating the rational policy of corticosteroids in patients who gave birth before 32 weeks of gestation, and more particularly in the situations at risk of extrem prematurity (24-26 weeks of gestation). The main outcome measure was the number of patients who delivered before 32 weeks of gestation without receiving corticosteroid therapy. The secondary outcomes were: -The proportion of patients who delivered in optimal timeframe after ACS, according to the term of admission, and to the medical indication. - The occurrence of complications related to preterm birth and survival at 6 months depending on time interval between antenatal corticosteroids and delivery Results: a total of 307 patients who delivered to live-born infants before 32 weeks of gestation were included in this study. The proportion of patients who received ACS was 93.5% (287/307), and only 6.5% (20/307) of the patients delivered without prior corticosteroid therapy. The unexposure of ACS was related either to a context of fetal abandon (decided by the couple), or to a short delay between admission and birth. Only an avoidable case is linked to a refusal of care by the patient. The rate of delivery within 24 hours after the ACS exposure was 27.7% (85/307). The birth rate between 24 hours and 7 days after the ACS administration, considered as optimal in the international literature, was 30.6% (94/307). Finally, 16,6% (51/307) of patients delivered 7 to 14 days after the first ACS administration and 17.3% (53/307) delivered more than 14 days after the ACS. In addition, 13% (40/307) of patients delivered between 24 and 26 weeks of gestation. Among them, 82,5% (33 /40) had recived ACS and 70% of these patients (28/40), delivered whtihn 7 days after ACS. Only 12.5% (5/40) delivered more than 7 days after the ACS, and none after 14 days. Conclusion: the improvment of ACS-administration in our center leads to a good rate of ACS-exposed newborn, without increasing the rate of ACS-unexposed infants.
Objectifs : évaluer, en lien avec les RPC du CNGOF de 2016 préconisant l’unicité de la cure de corticoïdes dans des situations à risque de prématurité, la politique d’utilisation des corticoïdes chez toutes les patientes ayant accouché avant 32SA, et plus particulièrement dans les situations à risque d’extrême prématurité (24-26SA). Méthode : étude rétrospective unicentrique, réalisée entre janvier 2017 et décembre 2018, à la maternité du centre Aliénor d’Aquitaine au CHU de Bordeaux. Le critère de jugement principal était le nombre de patientes ayant accouché avant 32 SA sans avoir bénéficié de corticothérapie. Les critères de jugement secondaire étaient : - la part de patientes ayant accouché dans un délai optimal après corticothérapie, selon le terme et le motif d’admission. - la survenue de complications néonatales et la survie à 6 mois selon le délai entre la corticothérapie et la naissance Résultats : au total, 2,8% (307/10 915) des patientes ayant accouché d’enfants vivants avant 32 SA ont été incluses dans l’étude. La part de patientes ayant bénéficié d’une corticothérapie de maturation était de 93,5% (287/307), et 6,5% (20/307) des patientes ont accouché sans corticothérapie préalable. L’absence de corticoïdes était liée soit à un contexte d’accompagnement (décidé par le couple), soit à un délai trop court entre l’admission et la naissance. Seul un cas évitable est lié à un refus de prise en charge par la patiente. Le taux d’accouchement dans les 24h après la première injection de corticoïdes était de 27,7% (85/307). Le taux de naissance entre 24h et 7 jours après la première injection considéré comme optimal dans la littérature internationale, était de 30,6% (94/307). Enfin, 16,6% (51/307) des patientes ont accouché entre 7 et 14 jours après la 1ère injection et 17,3 % des patientes (53/307) plus de 14 jours après. De plus, 13% (40/307) des patientes ont accouché entre 24 et 26SA. Parmi ces dernières, 82,5% (33 /40) d’entre elles avaient reçu une corticothérapie, 70% (28/40), ont accouché dans les 7 jours suivant la 1ère injection. Uniquement 12,5% (5/40) des patientes avaient accouché plus de 7 jours après la 1ère injection, et aucune après 14 jours. Conclusion : l’évolution des pratiques dans notre centre, avec une administration raisonnée des corticoïdes permet une couverture d’imprégnation cortisonique satisfaisante, et, par rapport aux données de la littérature existante, n’induit pas d’augmentation de naissance sans corticothérapie préalable.
Fichier principal
Vignette du fichier
Med_spe_2019_Brot.pdf (853.07 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)
Loading...

Dates and versions

dumas-02493268 , version 1 (27-02-2020)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02493268 , version 1

Cite

Amaury Brot. Évaluation des pratiques de la corticothérapie anténatale : étude rétrospective portant sur 307 patientes ayant accouché avant 32 semaines d'aménorrhées au CHU de bordeaux pendant 2 ans. Sciences du Vivant [q-bio]. 2019. ⟨dumas-02493268⟩
96 View
74 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More