Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Épicondylectomie médiale dans le traitement de la compression du nerf ulnaire au coude

Résumé : Hypothèse : l’objectif de cette thèse est de réhabiliter l’épicondylectomie médiale dans le traitement de la compression du nerf ulnaire au coude. L’objectif principal est d’estimer l’effet de l’épicondylectomie médiale avec neurolyse versus neurolyse seule dans la diminution de l’élongation du nerf ulnaire au coude. Les objectifs secondaires sont la recherche d’une instabilité dans le plan frontal après épicondylectomie médiale, et la description de la technique chirurgicale. Matériel et méthode : une étude cadavérique, comparative, a été conduite à l’école de chirurgie des Hôpitaux de Paris. Dix-huit coudes de sujets anatomiques frais ont été inclus. La procédure était conduite en trois phases : neurolyse seule, puis épicondylectomie, puis vérification de la stabilité du coude. Nous avons comparé deux groupes : « neurolyse seule » et « épicondylectomie avec neurolyse ». Les mesures effectuées sur les coudes étaient obtenues à l’aide de photographies. Deux repères épineuraux étaient disposés à un centimètre d’intervalle puis des photographies itératives étaient faites avec coude en extension, en flexion à 30°, 60°, 90°, 120° et 150°. A chaque angle de flexion, l’intervalle entre les deux repères épineuraux était noté. Nous avons ainsi mesuré l’élongation imposée au nerf ulnaire avant et après épicondylectomie. La stabilité du coude a été évaluée par des clichés dynamiques. La présence ou l’absence des éléments stabilisateurs du coude ont été relevées en fin de procédure chirurgicale. Résultats : concernant le critère de jugement principal, pour un arc de flexion allant de 0° à 90°, le bénéfice de l’épicondylectomie médiale est faible, puisque la variation de longueur est proche de 0% (-0,54 - +0,37%). En revanche, nous notons un effet modeste mais bel et bien présent à partir d’une flexion à 120°, avec une variation d’élongation du nerf de l’ordre de 4%, en faveur du groupe « épicondylectomie avec neurolyse » versus « neurolyse seule ». Concernant les critères secondaires, nous avons enrichi la description de la technique. Nous avons mis en évidence au fil des dissections, un sillon au sein de l’épicondyle médial permettant d’éviter une resection trop importante susceptible d’entraîner une instabilité du coude. Discussion : l’ épicondylectomie médiale doit garder sa place dans l’arsenal thérapeutique. Elle n’entraîne pas d’instabilité du coude sous réserve de respecter une technique précise. Elle diminue de manière significative l’élongation imposée au nerf à partir de 120 degrés de flexion.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadatas

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02500782
Contributor : Université Paris Descartes - Scd <>
Submitted on : Monday, February 8, 2021 - 4:59:49 PM
Last modification on : Thursday, February 11, 2021 - 3:19:04 AM

File

ThExe_THUMSER_Joannie_DUMAS.pd...
Files produced by the author(s)

Licence


Distributed under a Creative Commons Attribution - NonCommercial - NoDerivatives 4.0 International License

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02500782, version 1

Citation

Joannie Thumser. Épicondylectomie médiale dans le traitement de la compression du nerf ulnaire au coude. Médecine humaine et pathologie. 2018. ⟨dumas-02500782⟩

Share

Metrics

Record views

24

Files downloads

4