Évolution de l'oralité alimentaire chez l'enfant âgé entre 24 et 36 mois : comparaison de la sévérité et des spécificités des troubles entre deux populations, nés grands prématurés et nés à terme - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2019

Évolution de l'oralité alimentaire chez l'enfant âgé entre 24 et 36 mois : comparaison de la sévérité et des spécificités des troubles entre deux populations, nés grands prématurés et nés à terme

Abstract

Feeding and eating disorders are common in presumed healthy children (25% to 50%) and may increase among premature infants (40% to 70%). The aim of our study was to discribe the severity and specificities of these disorders between a group of pre-term infants and a group of at term infants and to identify the risk factors associated with feeding problems in preterm children.
For this study we worked with 79 children, aged from 24 to 36 months: 16 pre-term infants vs 63 born at term. Parents of children filled a questionnaire during the medical consultation. Additional information (GA, duration of ventilation, hospitalization, use of artificial nutrition, SGA, BDP, colostrum donation) was collected from the pre-term group’s medical records. The sign severity score was established from the Archet Scale, created for this purpose.
The severity score was significantly higher in the pre-term group than in the reference population (4,938 ; 3,836 ; p=0,053). The severity of the signs was significant (p= 0.011) between the two groups for the oro-motor module. We did not identify any risk factors for developing feeding problems in the pre-term population (p>0.05). Our results should be taken into account in neonatal services to prevent these disorders and in speech and language therapy practices to improve care and parental support for the pre-term population.
Les troubles de l’oralité alimentaire sont répandus dans la population d’enfants supposés bien portants (25% à 50%) et peuvent augmenter dans les populations d’enfants nés prématurés (40% à 70%). Le but de notre étude était de comparer la sévérité de ces troubles entre un groupe d’enfants nés prématurés (NP) et un groupe d’enfants nés à terme (NàT), d’en décrire les spécificités et de rechercher des facteurs de risques dans la population NP.
Notre travail a porté sur 79 sujets, de 24 à 36 mois : 16 enfants NP et 63 enfants NàT. Un questionnaire a été distribué aux parents concernés lors de la consultation médicale. Des informations supplémentaires (AG, durée de ventilation, d’hospitalisation, d’utilisation de la nutrition artificielle, RCIU, BDP, don de colostrum) ont été recueillies dans les dossiers médicaux du groupe NP. Le score de sévérité des signes a été établi à partir de l’Échelle Archet, créée à cet effet.
L’étude a révélé un score de sévérité significativement plus élevé dans le groupe NP par rapport au groupe NàT (4,938 ; 3,836 p=0,053). La différence de sévérité entre les groupes était significative pour le module signes praxiques (p=0,011). Aucune corrélation significative n’a été mise en évidence entre les critères médicaux et la sévérité des signes de troubles de l’oralité chez les enfants NP (p>0,05). Ces résultats sont à prendre en compte dans les services de néonatologie pour prévenir ces troubles et dans la pratique orthophonique afin d’améliorer les prises en soins et l’accompagnement parental de la population NP.
Fichier principal
Vignette du fichier
2019NICEMO21.pdf (1.26 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)
Loading...

Dates and versions

dumas-02507843 , version 1 (13-03-2020)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02507843 , version 1

Cite

Faustine Luong. Évolution de l'oralité alimentaire chez l'enfant âgé entre 24 et 36 mois : comparaison de la sévérité et des spécificités des troubles entre deux populations, nés grands prématurés et nés à terme. Médecine humaine et pathologie. 2019. ⟨dumas-02507843⟩
152 View
708 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More