Psychiatrie et radicalisation : dépasser l’émotion - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2019

Psychiatry and radicalization: overcoming emotion

Psychiatrie et radicalisation : dépasser l’émotion

Abstract

It seems that the old notion of radicalization has found a new lease on life in recent years through questions concerning salafo-jihadist radicalization, also known as "Islamist" extremism. Psychiatrists are more and more requested to assess the psychological state of "radicalized" individuals or provide care for them, but their role remains undefined. Therefore, we tried to determine how French psychiatrists see the notion of radicalization and their possible role in the medical care of so-called "radicalized" individuals. To do so, we developed a qualitative research protocol based on semi-directive interviews with psychiatrists on the one hand, and on the exploitation of interventions made during the first General Estates on Psychiatry and Radicalization on the other hand. Our findings suggest that while terrorism generally aims to create a climate of permanent uncertainty and threat, psychiatrists are exposed to the same emotional movements as the rest of the populations targeted by terrorist acts. Confronted with so-called "radicalized" individuals, psychiatrists are likely to experience various overwhelming emotions, including fear. Even though psychiatrists emotions can feed their medical decisions in a fruitful way, fear can prevent them from thinking and hinder both the decision-making process and the establishment of a psychotherapeutic link with the "radicalized" patients. Two things seem to help psychiatrists to overcome their emotions: the supervision of their practice on the one hand, and the acquisition of a specific knowledge on the other. Without these two tools, when facing so-called "radicalized" individuals, psychiatrists might perceive them only as terrifying monsters which they can only reject, in the same process of exclusion that seems to have led to the disaffiliation of these individuals and their radical commitment. However, if psychiatrists manage to overcome their emotions, their scientific and interpersonal skills can enable them to offer a protected space of speech to "radicalized" individuals and thus to access their own discourse and to perceive them as subjects again.
La notion de radicalisation, bien qu’elle soit ancienne, semble trouver un nouveau souffle depuis quelques années à travers les questions concernant la radicalisation salafo-djihadiste, dite radicalisation « islamiste ». Si les psychiatres sont désormais de plus en plus sollicités pour évaluer l’état psychique d’individus dits « radicalisés » ou les prendre en charge, leur rôle dans l’accompagnement de ces personnes reste toutefois indéfini. Nous avons donc tenté de déterminer comment les médecins psychiatres exerçant sur le territoire français se représentent la notion de radicalisation ainsi que leur rôle éventuel dans la prise en charge médicale des individus dits « radicalisés ». Nous avons pour cela élaboré un protocole de recherche qualitative basé sur la réalisation d’entretiens semi-directifs auprès de psychiatres d’une part, et sur l’exploitation d’un corpus d’interventions réalisées lors des premiers États Généraux Psy sur la Radicalisation d’autre part. Nos résultats suggèrent que si le terrorisme vise de manière générale à créer l’effroi et à instaurer un climat dominé par une incertitude et un sentiment de menace permanents, le psychiatre est exposé aux mêmes mouvements émotionnels que le reste des populations visées par les actes terroristes. Confronté à des individus dits « radicalisés », le psychiatre est donc susceptible d’être débordé par des émotions diverses, et notamment par la peur. Bien que l’émotion du psychiatre puisse alimenter sa décision médicale de manière féconde, la peur, quant à elle, peut venir sidérer sa pensée, entravant alors à la fois le processus décisionnel et l’établissement d’un lien psychothérapeutique avec le patient dit « radicalisé ». Deux éléments semblent pouvoir aider le psychiatre à dépasser l’émotion qui le traverse : la supervision de sa pratique d’une part, et l’acquisition d’un savoir spécifique d’autre part. Sans ces deux outils, le psychiatre risque, lorsqu’il fait face à un individu dit « radicalisé », de ne percevoir chez lui que la figure d’un monstre terrifiant qu’il ne pourra que rejeter, amplifiant à son tour le processus d’exclusion qui semble avoir conduit à la désaffiliation de cet individu et à son engagement radical. Si le psychiatre parvient à dépasser son émotion, toutefois, son savoir-être et son savoir-faire peuvent lui permettre d’offrir à l’individu dit « radicalisé » un espace de parole protégé et d’accéder ainsi à son discours propre, détaché de l’emprise idéologique dans laquelle il était empêtré, et de le replacer en tant que sujet.
Fichier principal
Vignette du fichier
M2Ethique_GRENON_Marion_DUMAS.pdf (4.37 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

dumas-02511308 , version 1 (01-12-2020)

Licence

Attribution - NonCommercial

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02511308 , version 1

Cite

Marion Grenon. Psychiatrie et radicalisation : dépasser l’émotion. Ethique. 2019. ⟨dumas-02511308⟩
262 View
93 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More