Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Analyse des résultats et recherche de facteurs prédictifs d'échec des cures de pseudarthroses septiques de jambe

Résumé : Introduction : la pseudarthrose septique est une des complications majeures en traumatologie, demandant une prise en charge longue et complexe sans recommandation actuelle claire sur la stratégie thérapeutique à adopter. L’objectif était d’évaluer l’efficacité du traitement des pseudarthroses septiques de jambe par une équipe spécialisée dans les infections ostéo-articulaires et de rechercher des facteurs prédictifs d’échec de la cure. Matériels et Méthodes : étude rétrospective incluant toutes les pseudarthroses septiques de jambe traitées de janvier 2008 à janvier 2018 sur le CHU de Marseille avec un recul minimum de 18 mois. Pour chaque patient ont été recueillies les caractéristiques démographiques, du traumatisme initial et de la pseudarthrose, puis les données opératoires et infectieuses. Le critère de jugement principal de l’étude était la guérison de la pseudarthrose septique, définie par la consolidation du foyer de fracture clinique et radiologique et l’absence de récidive infectieuse au dernier recul. L’échec était défini par toute chirurgie itérative au décours de la cure de pseudarthrose. Résultats : 69 cas ont été analysés, âgés de 41,7 ±19,5 ans (18,5-70,5). Le taux de succès primaire était de 79,7% (55/69) avec un recul moyen de 29,4 ±11,3 mois (18,5–68,6). 6 des 14 échecs (8,7%) ont persisté après nouveau traitement : 4 ont nécessité une amputation et 2 présentaient une ostéite chronique sous traitement antibiotique suppressif. Sept facteurs prédictifs d’échec ont été mis en évidence : le tabagisme actif (p=0,011), la toxicomanie intraveineuse (p=0,006), la présence d’une bactérie multi-résistante (p<0,001), l’appartenance au groupe 3 de sévérité du score de NUSS (p=0,0027), la non réalisation de prélèvements bactériologiques profonds (p=0,037), et la réalisation d’une ostéosynthèse interne et/ou d’une greffe osseuse d’emblée (p=0,037). Les délais moyens de consolidation et de remise en charge étaient respectivement de 7,6 ±3 mois (2,3-16,8) et 4,05 ±2,5 mois (0-9). Il y avait un raccourcissement significatif de ces délais chez les patients traités par enclouage centromédullaire (p<0,001). Conclusion : la prise en charge multidisciplinaire des pseudarthroses septiques de jambe par une équipe spécialisée peut être considérée comme fiable et efficace. L’étude a permis de retrouver sept facteurs de risque d’échec et des résultats prometteurs pour l’ostéosynthèse interne secondaire notamment par enclouage centromédullaire, pouvant nous inciter à modifier notre pratique future.
Complete list of metadatas

Cited literature [59 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02511992
Contributor : Faculté de Médecine Amu <>
Submitted on : Thursday, March 19, 2020 - 11:30:49 AM
Last modification on : Friday, October 23, 2020 - 4:41:22 PM
Long-term archiving on: : Saturday, June 20, 2020 - 2:09:37 PM

File

CERMOLACCE thèse.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02511992, version 1

Collections

Citation

Mathieu Cermolacce. Analyse des résultats et recherche de facteurs prédictifs d'échec des cures de pseudarthroses septiques de jambe. Sciences du Vivant [q-bio]. 2019. ⟨dumas-02511992⟩

Share

Metrics

Record views

74

Files downloads

44