Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Le militantisme sur les réseaux sociaux : analyse des conséquences sur le militantisme de la mobilisation en ligne sur les réseaux sociaux à travers l’étude de la communication des figures de militants écologistes et de l’engagement de leur communauté

Résumé : Ce travail consiste à analyser la communication des militants écologistes sur les réseaux sociaux qui se sont érigés en figures de leaders d’opinion et d’influenceurs. La différence entre les deux profils, influenceur et leader d’opinion, relève notamment du discours employé par les militants. L’expression est davantage neutre, formelle et factuelle pour un leader d’opinion tandis que celle des influenceurs est caractérisée par les codes de la viralité avec l’usage de l’humour, un ton décalé voire considéré comme impertinent, en tout cas plus libre. L’influenceur met davantage sa subjectivité et sa personnalité en avant par rapport à un leader d’opinion qui tend à s’effacer derrière son sujet d’expertise.
Ces leaders d’opinion et influenceurs entretiennent des relations de collaboration d’une part avec les médias traditionnels pour informer les individus et d’autres part avec les organisations non gouvernementales pour la mobilisation des militants. Les influenceurs peuvent aller du micro au macro influenceur en fonction de la taille de leur communauté. Ces variations des profils entraînent des différences en termes d’engagement auprès de leur communauté avec un engagement plus important pour les micro influenceurs, qui entretiennent davantage des relations de proximité avec leur communauté.
Le militantisme sur les réseaux sociaux pourrait laisser craindre un engagement distancié, « mou » et individualisé. Pourtant, il marque bien souvent la première étape qui conduit à un engagement futur sur le terrain grâce à son processus d’identification et d’« interreconnaissance » parmi les militants qui forment ainsi un groupe d’appartenance aux aspirations et intérêts communs. Les mobilisations en ligne permettent un élargissement du recrutement des militants, notamment auprès des jeunes, grâce au coût d’entrée minime du militantisme sur les réseaux sociaux.
Toutefois, lorsqu’il s’agit d’observer le militantisme de terrain, les profils restent plus traditionnels et le militantisme 2.0 ne permet pas un véritable renouvellement du recrutement des militants. Le militantisme dépend de prédispositions à l’engagement politique qui découlent de l’inégalité des individus en termes de dotations en capital culturel et social. Aussi, les leaders d’opinion et influenceurs sur les réseaux sociaux constituent des communautés où s’agrègent des profils traditionnels de militants se rencontrant sur le terrain qui voient ainsi leurs ressources augmenter au sein de bulles communautaires.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadatas

Cited literature [57 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02565400
Contributor : Clara Musy <>
Submitted on : Wednesday, May 6, 2020 - 2:15:15 PM
Last modification on : Thursday, November 19, 2020 - 3:14:15 AM

File

MASSOT Laura_DUMAS.pdf
Files produced by the author(s)

Licence


Copyright

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02565400, version 1

Citation

Laura Massot. Le militantisme sur les réseaux sociaux : analyse des conséquences sur le militantisme de la mobilisation en ligne sur les réseaux sociaux à travers l’étude de la communication des figures de militants écologistes et de l’engagement de leur communauté. Sciences de l'information et de la communication. 2019. ⟨dumas-02565400⟩

Share

Metrics

Record views

4